BoxerCup R1100S BMW

LA SURPRISE EST EN BAS DE PAGE ;-)

J’ai toujours été passionné par le flat twin BMW et son histoire, ce fut dans la normalité que j’investis dans une R1100S en 1999 dès la sortie du premier modèle !

Ma première R1100S

Puis, ce fut une longue histoire, un partage avec mes enfants tout petits…

Un partage avec l’équipe de BMW à l’époque (cf vœux 2000 à toute l’équipe), puis très rapidement, ma participation aux deux premières Boxer Cup…

Ce premier modèle me fut volé à Paris un jour où je donnais une conférence au palais des Congrès, mes amis s’en souviendront :-(

Et en attendant d’en refaire l’acquisition, j’ai roulé ma bosse sur bon nombre de motos.


C’est en 2005 qu’un ami me fit signe en me proposant sa moto rouge à la vente… Je savais qu’elle était bien entretenue, je n’avais pas grand chose à lui apporter pour qu’elle me corresponde parfaitement et je lui dis oui en 2 mn !

Une fois la belle en ma possession, il m’a suffit de lui mettre un amortisseur arrière réglable de qualité et le tour était joué.

R1100S-90000Le plus grand de mes deux fils, fit ses début en « grosse cylindrée » avec elle…

La relève est assurée !

La relève est assurée !

Il avait déjà parcouru des dizaines de milliers de kilomètres avec mes autres motos en tant que passager, en side-car avec son petit frère aussi et puis sur ses propres moto depuis l’âge de 3 ans !   La relève était assurée :-)

J’ai parcouru une bonne partie de la France avec un petit équipement minimum (Sac de réservoir et sacoches cavalières) petite trousse de guidon et ensuite GPS fixe.

Prête pour un long voyage :-)

Prête pour un long voyage :-)

Puis ce ne fut que de l’entretien normal en attendant un premier jet de décoration que mon fils Benoît eu l’idée de me proposer :-)

04-r1100s_fin_adhésif-poséIl faut dire que du haut de ses 14 ans, il avait réalisé là une belle prestation graphique ! Je participais à cette période au championnat de France d’endurance en ZX6-RR et le surnom de surfeur d’argent me suivi toute l’année :-)

Mais ce projet bien qu’intéressant et d’une couleur plutôt sympathique, ne vit jamais le jour, faute de trouver un bon peintre aérographe à l’époque.

Je fus donc patient et au fil du temps, je réfléchissais à la manière de lui changer sa robe tout en me faisant plaisir.


Il y a deux ans, je rencontrai Fred, personnage fort sympathique et le lien se transforma très vite en amitié sincère, partageant chaque fois que possible notre passion pour la moto et la piste.

20170724_214511Non content d’être un excellent mécanicien auto et moto, Fred se voue d’une passion inexorable pour la peinture et il n’a de cesse de relever les défis en la matière ! C’était naturellement qu’il apparaissait sur notre remorque destinée au circuit…

Alors une idée a germé en moi et je demandai alors à ma chérie qui est designer, de me trouver les couleurs idéales pour que ma moto soit en adéquation le plus possible avec la Boxer Cup de quelques années auparavant.

Vous l’avez peut-être connue celle-là, avec ses rétroviseurs en bout de guidon et sa robe tricolore…

1-r_1100_s_boxer_cup___8

Sylvie fut tout de suite ravie et enthousiaste, notre passion commune pour BMW, notre partage récent pour la HP4 et tous les aménagements que j’avais pu faire pour rendre notre quotidien plus confortable, lui donna envie de se pencher sérieusement sur mon besoin !

En étroite complicité avec Fred, ils m’ont tous deux proposés d’associer trois couleurs que j’adore, le violet, le blanc et le gris.

20170616_144441 20170616_144428bLe résultat ne se fit pas attendre, je proposai à Fred d’associer l’utile à l’agréable en démontant la moto entièrement avec lui, pour la rendre encore plus belle qu’aujourd’hui.

Le travail fut à la hauteur du résultat, vis par vis, partie après partie, la moto prenait fière allure…20170627_160258

20170627_164713A l’image de mes pots d’échappement, impossible de nettoyer et qui pourtant ressortent systématiquement comme neuf une fois le nettoyage terminé :-)

Pendant ce temps d’embellissement, Fred ponçait, peignait, ponçait de nouveau, peignait par dessus et puis s’arrêta quand je fus satisfait !

20170619_140736

Le travail rigoureux et la dextérité de ce spécialiste associé à la perspicacité de ma chérie et à l’exigence du propriétaire que je suis, sont à la hauteur du résultat. Je suis heureux d’avoir offert à ma moto sa nouvelle robe, pour ses 100000 km et son 17 ième anniversaire :-)

Nous n’avons pas compté notre temps parce que nous nous sommes retrouvés entre passionnés, acharnés à la tâche, avançant sans trop nous poser de questions et surtout en appréciant chaque étape l’une après l’autre !

Les discussions tournaient toujours autour de nos projets à venir, celui-ci était bien bouclé, bien pensé dès le départ, il s’est déroulé sans heurt ni doute et la même fierté émanait de chacun d’entre nous ;-)

Voici le résultat final, je vous laisse apprécier, quels que soient les goûts de chacun, les couleurs préférées, les décorations souhaitées, il est indéniable qu’entre les mains du spécialiste qu’est notre ami Fred, votre bolide de rêve prendra des allures uniques c’est une évidence !

Pour nous, c’est une satisfaction absolue, nous n’avons plus qu’une envie, profiter de notre belle moto et l’entretenir de la même manière pour ses prochains 100000 km !!!

20170728_154536

20170728_154834

20170728_155033

20170728_155116

20170728_155125

Si vous voulez découvrir plus de détails concernant les différentes étapes de cette transformation, vous pourrez trouver un lien prochainement ici pour visualiser la vidéo : « Lien à venir revenez bientôt… »

En attendant, n’hésitez-pas à me poser vos questions ou à me téléphoner si vous le souhaitez.

Bonne route à tous,

David

Mes amis artistes…

« Marie-Pierre Chimgla, photographe, créatrice, aux multiples facettes, une artiste hors norme, rencontrée à l’occasion d’une séance photo professionnelle et qui m’a laissé une trace indélébile de son passage ! »

MP est une créatrice à part entière !

MP est une créatrice à part entière !

Je vous invite par cette présentation à la découvrir, à partager avec elle aussi car le don de soi, elle connait…

La photographie est une passion pour moi autant que pour elle, elle en a fait son quotidien pour notre plus grand plaisir et je suis heureux aujourd’hui de pouvoir compter sur ses nombreux talents innovants en la matière pour compléter mes activités dans ce domaine :-)

Parents originaires de Martinique, elle est passionnée pour la musique également. MP s’est installée proche de la capitale après ses études dans le domaine de l’informatique (animatrice multimédia, elle anime des ateliers dans ce domaine et en informatique aussi) et sa spécialisation dans la photographie. Elle a trouvé sa voie dans l’étude et la représentation de photos portrait, femmes enceintes, enfants, couples…

bandeau enceinte
bandeau-enfants

Et bien que ce ne soit pas son terrain de prédilection, les photos en macros, les paysages et le marquage d’empreinte des différents arts et cultures au fil du quotidien font aussi preuve de son énorme talent.

Artiste indéniablement douée, elle construit sur ses bases photographiques des souvenirs qui ne vous quitteront plus et qui ne ressembleront à aucun autre !

Par ailleurs, sur sa page FB MP vous fait découvrir son monde au quotidien, véritable résumé artistique qui vous donne envie de voyager, de vous rendre dans des endroits insolites, de visiter les églises, musées, châteaux et autres merveilles de notre civilisation !

==> Visitez et likez « Chimgla Photographie » sur FB

Alors laissez-vous guider, si votre souhait est d’immortaliser un moment particulier, un évènement qui vous est cher ou tout simplement laisser une trace de vous ou de l’un de vos proches sur le papier, n’attendez-plus, Marie-Pierre prendra en charge vos projets sans hésiter. :-)

David


Création vidéo, souvenir de notre session photo ! Image de prévisualisation YouTube

Marie-Pierre m’a fait la surprise de résumer en quelques minutes les nombreuses heures de démonstration qui lui ont permis d’immortaliser mon entrainement. Comme vous le constaterez, elle a plus d’un tour dans son sac et le cadeau est de taille :-)

creation-artistique2


TRICIA, Concert au baiser Salé le 28 novembre 2013, présentation…

TriciaEvy1

Découverte du nouvel Album de Tricia Evy, l’étoile montante du jazz vocal :

« Meet me »

J’écoute cet album qui me berce, qui m’envoute et surtout qui me transporte comme jamais je ne l’ai été auparavant par une artiste !
Peut-être parce que j’aime absolument tout de cette artiste internationale que je vais vous présenter, mais aussi parce que l’écouter en pensant à elle est un privilège et un bonheur permanent qui m’a redonné le sourire immédiatement dans une période très pénible de mon quotidien.

Raison de plus pour avoir eu envie d’écrire cet article, raison de plus pour avoir eu envie de partager un peu de mon temps avec elle et raison de plus pour avoir l’envie d’écouter aussi souvent que possible, cette sublime voix !

Si vous voulez faire comme moi, c’est simple, vous pouvez d’ors et déjà acheter son album et vous laisser envahir par ses mots, ses mélodies, sa voix… Et puis il sera temps pour vous de guetter son prochain concert et de vous y rendre pour ensuite pouvoir associer cette fabuleuse artiste à la voix qui vous accompagnera comme elle le fait pour moi, du petit déjeuner au coucher, dans la voiture comme dans le bain !


Tricia par David Mesmacque

TRICIA EVY m’a conquis, elle évoqua lors de sa dédicace le début d’une belle aventure, je confirme que faire parti de ses amis est une douce récompense dans mon quotidien.

Quand rarement la tristesse m’envahit, j’écoute « Nous deux » et j’oublie tout en pensant à l’espoir qu’elle transmet dans sa chanson !

Quand je pense à la femme que j’aimerai rencontrer, j’écoute « Meet me on the bridge » et je rêve du bonheur à portée de main !

Quand je cherche une solution à un problème, quand je suis dans l’interrogative, j’écoute « Mais ça pas possible » et je ris intérieurement !

Et puis il y a « Pense à moi » qu’on aimerait imaginer possible à chaque fois que nécessaire, Tricia est ainsi faite, vous ne pouvez que lui sourire et partager son enthousiasme et son bonheur permanent…

Chaque morceau vous laisse le cœur remplie de joie alors pourquoi s’en priver ?

Elle nous apporte en permanence son soleil de la Guadeloupe où elle a compris très tôt que la musique et le chant étaient fait pour elle. Inspirée au départ par des artistes que j’apprécie tout autant comme Patrick Saint Eloi (pionnier du Zouk Love et pour qui la musique était de l’amour) ou encore Georges Brassens qu’elle a honoré lors du concert auquel j’ai eu l’immense chance d’assister :-)

Elle est arrivée en France en 2006 et s’est passionnée tout de suite pour le Jazz, inutile de vous préciser que je suis encore plus tombé sous le charme en découvrant que ses inspirations rejoignaient mes goûts à 100% : Ella Fitzgerald, Billie Holiday, Louis Armstrong, Stan Getz…

Son premier album “Beginning” est sorti en 2010.

Son pianiste David Fackeure (deux nominations aux Victoires du Jazz en 2008), son bassiste Thierry Fanfant (entendu régulièrement aux côtés de Paco Séry, Bernard Lavilliers, Tania Maria…) et son batteur Francis Arnaud (qui a joué avec Eddy Louiss, Charles Aznavour, Dominique Fillon…), constituent l’équipe de choc avec qui elle a enregistré son nouvel album en Septembre 2012. L’album est sorti début 2013 sur le label Plus Loin Music.
Il est disponible ici : Meet Me

Et pour en découvrir des extraits : Tricia Evy « Modinha »

Pour ma part, je les ai apprécié pendant 3 heures durant, sans lassitude et avec le plus grand bonheur, Sébastien Girardot ayant remplacé Thierry Fanfant pour ce fameux concert.

Tricia Evy chante un répertoire varié et agréable, sa voix bascule d’un monde à l’autre sans faillir entre compositions personnelles, morceaux issus du patrimoine antillais et les standards de jazz.

Elle se produit comme elle le mérite au gré du vent et de ses mots, elle suit son instinct, elle entraine ses musiciens dans ce que l’on peut appeler une aventure exceptionnelle. Le public a déjà pu la découvrir sur de très nombreuses scènes, parmi lesquelles le Manly Jazz Festival à Sydney, le Duc des Lombards, Jazz in Marciac, Enghien Jazz Festival, Festival Jazz de Doha au Qatar, Festival Carib In Jazz à l’Olympia, Martinique Jazz Festival, la Scène nationale de Bayonne, Jazz en Touraine, Montreux Jazz Festival…

En Juillet elle a participé au Festival de Jazz à Vienne puis fin juillet en Australie pour une tournée d’un mois et demi.

Elle jouera le 28 décembre au Touquet, le 10, 14, 20 janvier elle rendra hommage à Billie Holiday « lady in Satin » qui est son album préférée…

Le 10 janvier à Périgueux et le 14 à Bayonne puis elle continuera le 20 à Ascona en Suisse

Je vous rappelle les quelques liens ici :
album-tricia-evy-meet-me

Son dernier album : Meet Me

Et pour découvrir le deuxième titre de l’album « Modinha »

Image de prévisualisation YouTube

Tricia Evy fait partie de ces chanteuses qui vous pénètrent tout le corps jusqu’aux os ! Elle dispose non seulement d’un répertoire varié mais elle est aussi accompagnée par des musiciens de talent complices à souhait.

J’ai été émerveillé par la femme, par la chanteuse, par l’artiste à part entière. C’est une valeur sure pour l’avenir alors je vous convie tous à acheter son CD pour lui permettre de travailler au plus vite sur le prochain !!!

Quand j’ai découvert Tricia par les petits morceaux qu’il m’avait été permis d’écouter, j’ai tout de suite été emballé, je n’avais qu’une hâte, c’était de me rendre à l’un de ses concerts. Le temps a passé, mon année a été très chargée et j’ai attendu patiemment ce jeudi 28 novembre pour pouvoir l’embrasser pour la première fois.

Image de prévisualisation YouTube

Le souvenir est impérissable, le rendez-vous pris au « Baiser salé », lieu que je découvrais par la même occasion m’a rempli d’émotion, je m’y suis rendu avec une grande amie, elle-même artiste talentueuse et c’est avec une grande attention et beaucoup de chaleur que nous profitâmes de la soirée.

Ce concert est de loin l’un des plus beaux et l’un des plus longs auquel j’ai assisté, je n’avais d’ailleurs absolument pas envie qu’il s’arrête, parti en milieu de nuit, je suis rentré à 6h du matin chez moi et j’ai attaqué directement ma journée en…écoutant Tricia hahaha

Intelligemment décomposé en trois parties, la première pour rappeler les morceaux qui l’ont inspiré, ceux de son enfance aussi, la deuxième pour présenter son nouvel album « Meet me » et la troisième réservée aux privilégiés dont nous faisions parti, pour les « extras » où encore plus d’humour et de détente ont fait que cette soirée restera inoubliable.

C’était pour moi un privilège, nous étions en petit comité et la personnalisation de la fin de soirée était adaptée à souhait à mes goûts. J’ai observé Tricia en tant que chanteuse, femme d’affaire entreprenante et amie chaleureuse avec chacun. Sa complicité avec ses musiciens n’a d’égale que celle avec tous les professionnels qui l’entourent !

Le CD fut immédiatement introduit dans le lecteur de ma voiture, j’ai ainsi prolongé cette belle soirée en écoutant les morceaux en boucle et arrivé chez moi, je prenais une douche revigorante puis un bon petit déjeuner en planifiant ma journée de travail avec du baume au cœur, l’esprit vif et concentré, heureux de ce que mon amie m’avait transmis.

J’ai la chance de continuer de voir Tricia et de partager du temps avec elle, aussi naturelle et accueillante au quotidien que pendant ses concerts, le plaisir est omni présent.

Ici lors d’une après-midi shopping bien sympathique :-)

Trivia-Evy shopping par DM
Sa carrière est toute tracée, déjà récompensée à plusieurs niveaux, je sais que nous pourrons savourer son style, son élégance et son talent, c’est tout ce qui compte pour moi.

Je lui souhaite de tout cœur l’avenir riche en tous points qu’elle mérite et je vous entraine à la suivre avec moi sur ce blog au fur et à mesure de son évolution car maintenant que je l’ai découverte, je ne saurai m’en passer !

Pour télécharger son livret qui vous permettra de chantonner avec elle et de découvrir les merveilleuses paroles de ses chansons…

Tricia Evy « Meet me » LE LIVRET

Tricia-Evy-livret

Cet article t’est dédié Tricia, merci pour tout ce que tu m’as apporté en si peu de temps et l’empreinte indélébile laissée dans mon cœur, tu fais partie de toutes ces artistes incroyables qui m’accompagnent désormais dans ma vie, pour ma plus grande joie…

David

Ps : n’hésitez-pas à laisser vos commentaires et vos questions, à moi ou à Tricia qui se fera un plaisir d’y répondre aussi :-)

Accident et Pink Floyd !

Je me réveille très tôt comme à mon habitude, ce matin du 1 décembre 2013 avec deux chansons en tête

Bizarrement, j’ai le sentiment que la nuit m’a rappelé la totalité des paroles sans en oublier le moindre mot ! Alors avant d’aller m’enfoncer dans la forêt et parcourir des kilomètres à m’oxygéner, je prends la plume pour résumer une petite histoire qui a marquée mon adolescence…
Goodbye cruel world et goodbye blue sky De Pink Floyd, The Wall…
Et je me souviens d’une période particulière de ma vie qui a été le déclenchement de beaucoup de choses qui ont suivi…


J’avais 16 ans et quelques mois lorsqu’on m’a renversé sur la route alors que je roulais avec ma première moto. Après de longs mois d’hospitalisation et de rééducation, ma vie avait définitivement pris un autre chemin…
Mes amis à cette époque où les attelles, les pansements et les antalgiques m’aidaient à tenir, m’avaient offert cet unique album de Pink Floyd « The wall » avec un walkman autoreverse Panasonic, magnifique pièce que j’ai toujours en ma possession d’ailleurs !
J’ai écouté cet album inlassablement pendant ces 9 longs mois qui me retenaient loin des autres, loin de tout. Je ne pensais pas à la solitude à ce moment de ma vie, trop jeune pour y songer réellement, trop immature pour parvenir à chasser cette violence et cette douleur permanente que j’éprouvais à l’égard de cette femme ivre et inconsciente en voiture, qui m’avait renversé et soudain privé de toutes bonnes choses déjà palpables à cet âge !
Je suis resté tout ce temps à la maudire, à me dire qu’en sortant, j’irai lui couper le pied qui lui avait permit d’accélérer si fort qu’elle avait pu m’envoyer dans l’autre monde, dans le côté obscur pendant si longtemps.
Je repensais à ce super job provisoire de primeur que j’avais eu le courage de trouver et d’exercer depuis deux ans déjà, chaque mercredi après midi, chaque samedi et lundi où je n’avais pas classe et pendant absolument toutes les vacances scolaires, pour financer déjà ce qu’allait être ma vie autonome.

Je repensais à ma belle moto, détruite, pulvérisée, j’avais travaillé dur pour me la procurer, pas question de demander à mes parents ni à quiconque autour de moi, c’était la conséquence de deux années de petits boulots, à travailler dans les fermes ou les magasins qui m’avait permis de faire cet achat, seul luxe à l’époque que je m’étais octroyé dans cette adolescence pas toujours simple à gérer sur le plan financier.
Je regardais inlassablement ce long plâtre qui couvrait ma jambe gauche, ce bras droit qui ne répondait plus, ces côtes cassées, ces plaies mal cicatrisées, ces dents cassées et cette mâchoire fracassée qui me faisait souffrir. Je repensais au visage de ma mère qui par le hublot des urgences avait croisé mon regard furtif et ma bouche qui tentait de lui dire malgré la douleur « Ne t’inquiète-pas, tout va bien ».

Je pensais à mon BAC en cours, aux études que je m’étais fixées, je pensais à ma petite copine de l’époque, je pensais à mon sport favori que je pratiquais plus de 10 heures par semaine. Je repensais à mon école de dessin, à mes nombreux déplacements obligés qui me permettaient de rejoindre mes amis en ville, provenant de ma campagne esseulée à 15 km de là.
Au début, rien ni personne ne vous permet de penser positif, de vous dire que tout ça n’est qu’un mauvais moment à passer, que tout va disparaître bientôt et que la vie va reprendre son cours habituel. A chaque moment d’optimisme, la douleur et les maux sont là pour vous rappeler les mauvais aspects. La solitude et l’isolement dans lesquels je m’étais volontairement ou involontairement plongé, contribuèrent à me forger l’esprit et à réfléchir plus vite que la majorité de mon entourage du même âge.
Dans la douleur et pendant le réveil de mes membres mais aussi de mes sens, je me suis forcé à ne penser que positif, j’ai commencé à planifier mes actions et à me projeter dans mon futur et j’ai tourné le dos aux obstacles et à la pression de ceux qui ne comprenaient pas mes choix.
Et puis le temps a passé, je me suis battu, j’ai continué mes entrainements de karaté avec mes plâtres et mes pansements à en faire rire les copains mais aussi sous le regard fier de Ramza, mon maître de l’époque.


Ce personnage incroyable qui m’offrit mon premier kimono que sa petite amie lui avait fait pendant ses trois années passées au Japon à apprendre la maitrise de son art. Il aimait m’enseigner, il aimait ma rigueur d’esprit et ma rigueur physique quand je l’accompagnais pour les entrainements sur le sable sec de la plage de Blériot chaque dimanche matin.
J’aimais son dynamisme, sa volonté d’agir, son histoire personnelle avec son départ de Calais pour le Japon pour recommencer tout à zéro et revenir encore plus fort, plus humble et laisser de côté l’aspect compétition qui ne lui avait apporté que des tourments pour aucune satisfaction, afin de se focaliser comme je suis parvenu à le faire moi-même ensuite sur les bons aspects, le partage et plus important encore, la transmission du savoir mais surtout d’un concept et d’une attitude.
Merci à lui aussi, il a toujours cru en moi et je parle souvent de lui aux gens qui partagent cette passion avec moi, je prends plaisir à montrer ce beau kimono que j’ai gardé également !
Il m’a dit un jour où je pleurais de douleur pendant un entrainement où une plaie infectée me faisait souffrir, que je parviendrai à retrouver mon corps d’avant et que même si je le trouvais changé physiquement, je le ferai vivre et bouger encore et encore jusqu’à mon dernier souffle ! Comme il disait vrai, je suis tellement ému parfois à me souvenir de ces instants précieux, ils ont nourri ma première partie de vie devrais-je dire et si ma vie s’arrêtait là, elle aura été rempli de moment forts comme ceux-là grâce à eux.


Je reviens à mon histoire, quelques mois plus tard, mes mouvements bien qu’encore en désaccord avec les commandes provenant du cerveau, commencèrent tout de même à me permettre d’agir seul au quotidien et me permettaient de nouveau d’entrevoir un futur dans la normalité. Les épreuves qui me paraissaient insurmontables ne l’étaient plus, neuf mois de souffrance totale et de désespoir pour enfin revenir à l’esprit positif dont j’ai hérité à la naissance.
Doucement, je l’avoue, très doucement, j’ai commencé à oublier la personne qui a provoqué cet accident, je suis parvenu à pardonner aux pompiers leurs erreurs commises, lorsque arrivant avec un seul véhicule sur les lieux de l’accident, ils avaient emmené cette femme en premier alors qu’elle n’avait rien mais s’était évanouie sous le choc de me voir allongé sur l’asphalte, avec une tête de zombie ensanglantée !

J’ai commencé à sourire en pensant à ce jeune secouriste, dans le dos de la main duquel j’avais enfoncé mes ongles, ne parvenant pas à respirer pendant ces deux longues minutes qui séparèrent mes poumons de l’oxygénation obligatoire de mon cerveau ! Les prémisses de mes entrainements d’apnée sans doute ☺
La violence du choc frontal avait eu raison de ma cage thoracique, avec un score de Glascow inférieur à 8, la prise en charge aurait dû être immédiate, j’ai eu le temps de faire un premier résumé bref de ma vie; Dans ces cas précis, on ne pense pas au futur mais au passé, c’est normal, on se rattache à ce que l’on connaît et on imagine s’effacer avec ce que l’on a le plus apprécié, du moins je suppose que ce sont les raisons principales qui m’ont fait revoir ces beaux moments de mon existence d’alors, pendant ce cours laps de temps de souffrances continues.
Je me souviens parfaitement bien des paroles des gens agglutinés autour de ce jeune sauveteur qui était accroupi à côté de moi à essayer de faire de son mieux et à y parvenir si j’en crois mes souvenirs. « Laissez-le, vous voyez bien qu’il va mourir »… « Laissez-le respirer »… « Vous croyez qu’il est paralysé ? » … « Oh mais il saigne de partout ! » … « Mais son pied est à l’envers ! »… Et bien d’autres phrases stupides associant même des « ha ces jeunes à moto ! », phrase qui, je m’en souviens m’avait bien plus révolté que les autres !
En revanche, je me rappelle parfaitement bien des paroles de ce gars qui voulait faire de son mieux et ressentait en même temps la douleur de sa main dans laquelle j’enfonçais mes ongles en essayant désespérément de respirer : « Accroche-toi mon gars, reste avec moi, on va prendre soin de toi, calme-toi et essaye de respirer doucement »
Je me souviens si bien de ce personnage sincère et gentil… Si la magie d’Internet permet un jour à cette personne de se reconnaître ainsi que mon maitre de Karaté, j’aimerai tant qu’ils se mettent en relation avec moi, j’aurai encore beaucoup à apprendre d’eux j’en suis fortement convaincu !
Grâce à lui, je faisais abstraction de tout et quand les premières bouffées d’air parvinrent dans mes poumons, je pu enfin recommencer à croire en quelque chose de positif et sortir de mes nombreuses pensées.

Depuis j’essaye de respirer à pleins poumons en m’efforçant de montrer autour de moi qu’il ne faut pas attendre de souffrir pour profiter de la vie !
Que se serait-il passé sans cette main secouriste ? Le lendemain de ma première opération, cet ange mis sur ma route est venu me saluer, je me souviendrai toujours de son sourire et de sa complicité du moment, il arborait un joli pansement à sa main droite et vantait ma force avec un visage détendu et digne du plus grand respect.

J’ai souvent pensé à lui dans mes moments de souffrance, lors de mes nombreux accidents, c’est comme si je sentais encore sa main et comme si je pouvais encore y plonger mes ongles pour abréger mes souffrances.
Et tout au long de mes séances de rééducation, je l’imaginais à côté de moi pour m’aider à atteindre les objectifs improbables fixés par les kinés.
Je ne l’ai malheureusement plus jamais revu, il n’y avait pas les réseaux sociaux à cette époque et la facilité d’aujourd’hui à générer des contacts avec le monde extérieur ! J’aurai vraiment voulu le compter parmi mes amis aujourd’hui, quelque part, il a toujours reçu mes vœux de bien-être et de bonheur chaque fois que j’ai pensé à lui.
Alors voilà, ce matin est un matin un peu différent des autres, les souvenirs rejaillissent, j’ai besoin de retrouver cette force qui sommeille en moi et de me dire que rien n’a changé, qu’il est toujours possible de se lever et de se mettre à œuvrer, quoi que l’on fasse, avec toujours la même ardeur, la même motivation, de quoi que puisse être constitué notre quotidien, il faut garder la foi dans la réalisation de tous nos actes.


La fatigue et le froid ont peut-être eu raison de moi, la solitude et mon travail colossal aussi. Mais j’avais envie de communiquer avec ceux que ça intéressent, cette partie de mon existence sans laquelle je ne serai peut-être pas celui que je suis maintenant et sans ces beaux souvenirs, mélange de douleurs et de bonheur, je n’aurai peut-être pas la satisfaction d’être tout simplement.
Je pense à une personne en particulier, qui n’est plus là, je pense à d’autres aussi qui pourraient être là mais qui ne le sont pas et que je ne vais plus citer tellement il leurs est facile de se reconnaître et je leurs souris en fermant les yeux et en les imaginant à côté de moi.
Partager ce moment et cet article avec ne serait-ce qu’une personne intéressée, sera déjà une grande satisfaction, je terminerai avec cette citation que j’ai faite à une amie récemment qui évoquait l’absence du bonheur :
« Le bonheur, c’est comme lors d’une cueillette de champignons, quand on a trouvé un, il s’agit encore d’avancer vers lui et de le prendre avec soi, plutôt que de le laisser et de continuer son chemin » DM ©®


Et vous, que faites-vous de votre vie ? à quoi pensez-vous le matin en vous réveillant ?

« Les pensées sont associées au monde réel que vous vivez ou construisez, si ces pensées ne vous conviennent pas, c’est qu’il est temps de faire quelque chose pour en changer. »

DM ©®


Pink Floyd « The Wall »

{Goodbye Blue Sky}
Image de prévisualisation YouTube
Oooooooo ooo ooo ooooh
Did you see the frightened ones
Did you hear the falling bombs
Did you ever wonder
Why we had to run for shelter
When the promise of a brave new world
Unfurled beneath a clear blue sky
Oooooooo ooo ooooo oooh
Did you see the frightened ones
Did you hear the falling bombs
The flames are all long gone
But the pain lingers on
Goodbye blue sky
Goodbye blue sky
Goodbye

{Au revoir ciel bleu}
Oooooooo ooo ooo ooooh
As-tu vu les gens apeurés?
As-tu entendu les bombes tomber?
T’es-tu déjà demandé
Pourquoi nous avons dû courir nous mettre à l’abri
Quand la promesse d’un nouveau monde
S’est montrée sous un ciel bleu clair
Oooooooo ooo ooooo oooh
As-tu vu les gens apeurés?
As-tu entendu les bombes tomber?
Les flammes sont disparues depuis longtemps
Mais la douleur reste toujours
Au revoir ciel bleu
Au revoir ciel bleu
Au revoir


Pink Floyd « The Wall »

{Goodbye Cruel World}
Image de prévisualisation YouTube
Goodbye cruel world
I’m leaving you today
Goodbye
Goodbye
Goodbye
Goodbye all you people
There’s nothing you can say
To make me change my mind
Goodbye.

{Au revoir monde cruel}

Adieu monde cruel
Je te quitte aujourd’hui
Adieu
Adieu
Adieu
Adieu tout le monde
Tu ne peux rien dire qui puisse
Me faire changer d’avis
Adieu.


Voila, restant dans ce magnifique registre de Pink Floyd, je conclurai avec ce magnifique titre « Hey you »

Pink Floyd « The Wall »

{Hey You }
Image de prévisualisation YouTube
Hey you
Eh toi
Hey you, out there in the cold
Eh toi, là-bas dans le froid
Getting lonely, getting old
Devenant seul, devenant vieux
Can you feel me ?
Peux-tu me sentir ?
Hey you, standing in the aisles
Eh toi, debout dans les allées
With itchy feet and fading smiles
Avec tes pieds qui démangent et ton petit sourire
Can you feel me ?
Peux-tu me sentir ?
Hey you, don’t help them to bury the light
Eh toi ne les aide pas à éteindre la flamme
Don’t give in without a fight
N’abandonne pas sans te battre

Hey you, out there on your own
Eh toi, là-bas replié sur toi-même
Sitting naked by the phone
Assis nu près du téléphone
Would you touch me ?
Veux-tu m’appeler (me contacter) ?
Hey you, with you ear against the wall
Eh toi, avec ton oreille collée contre le mur
Waiting for someone to call out
En attendant d’appeler quelqu’un
Would you touch me ?
Veux-tu m’appeler ?
Hey you, would you help me to carry the stone ?
Eh toi, m’aiderais-tu à porter ce fardeau ?
Open your heart, I’m coming home
Ouvre ton coeur, je rentre à la maison

But it was only fantasy
Mais c’était seulement un rêve
The wall was too high
Le mur était trop haut
As you can see
Comme tu peux le voir
No matter how he tried
Qu’importe ce qu’il ait essayé
He could not break free
Il ne peut s’échapper
And the worms ate into his brain
Et les vers ont mangé son cerveau

Hey you, standing in the road
Eh toi, debout sur la route
always doing what you’re told
Faisant toujours ce qu’on te dit
Can you help me?
Peux-tu m’aider ?
Hey you, out there beyond the wall
Eh toi, là derrière le mur
Breaking bottles in the hall
Cassant des bouteilles dans le hall
Can you help me?
Peux tu m’aider ?
Hey you, don’t tell me there’s no hope at all
Eh toi, ne me dis pas qu’il n’y a plus d’espoir
Together we stand, divided we fall
Ensemble nous vaincrons, divisés nous tomberons

Ce sera ma conclusion…
David
pink-floyd-the-wall-hey-you
Is There Anybody Out There?

Shishani Vranckx

« Shishani Vranckx, une artiste complète, sensible et adorable… »

Ma découverte de Shishani au fil de mes rencontres avec les artistes de toutes origines fut celle qui m’a le plus marqué !

Je vous présente cette amie hors du commun !

Originaire de Namibie, elle a pourtant grandi aux Pays-Bas. Elle est actuellement basée à Amsterdam. Après ses études de jazz au conservatoire de Groningue (Pays-Bas) elle quitte l’école pour trouver sa propre voie dans la musique.

Artiste indéniablement douée, elle commence à collaborer avec d’autres talents. L’un d’eux est Koron, guitariste et compositeur avec qui elle crée un répertoire de musique Folk/Soul originale pendant une période de cinq ans. Ce duo a enregistré et joué sur la scène internationale avec sa propre musique.

Shishani à la voie mélancolique et lisse voit vite son style agréablement comparé à des artistes comme Tracy Chapman, Jill Scott et Erykah Badu.

Sur scène elle dégage une sérénité qui vous émeut et une présence que vous n’oubliez pas ! Assise sur un tabouret, doucement, elle vous entraine au rythme de sa guitare qu’elle ne lâche jamais.

Et si vous ne savez pas à quoi vous attendre, vous vous laissez néanmoins guider jusqu’à regretter d’être déjà arrivé à la fin :-)

Sa voix soul rompt le rythme de la guitare et capte votre attention.

Née de père Belge et de mère Namibienne. Shishani signifie « Couronne » en Oshiwambo, nom prédestiné à mon avis car elle la mérite totalement !

En grandissant, sa musique a été grandement influencée par la musique populaire afro-américaine puis elle a commencé à écrire et composer la sienne.

Les paroles de Shishani sont simples, mais profondes, la communication avec le public est naturelle, rythmes et mélodies associés à ce regard si doux et si communiquant vous laissent un goût sucré en bouche. Commencez à l’écouter et vous en redemanderez croyez-moi !

Alors sans plus attendre, permettez-moi de vous faire découvrir si vous ne la connaissez pas encore, cette artiste de talent qui m’a touché un jour et que je prends plaisir à écouter quotidiennement :-)

David


1) Minority Ma préférée !

Cette interprétation est surprenante autant que plaisante, Shishani est juste parfaite ! Le clip original et les sonorités vous bercent du début à la fin, vous apprendrez vite les paroles de cette mélodie pour accompagner Shishani comme l’ont fait ses amies :-)


2) Raining Words un envoutement !

Cette fois, Shishani vous berce, vous enlace, vous détend pour vous entrainer dans de doux rêves ou pour vous réveiller en douceur en savourant les images autant que le son. Le clip se veut chaleureux et accueillant à souhait, quand je l’ai vu la première fois, j’ai eu envie d’y être tout simplement ! Une émotion, un sentiment de sérénité et de plénitude comme j’aime se dégagent de cette magnifique création, du grand Shishani, c’est sûr !!!


3) Qonja and Ru Autre registre, autre plaisir toujours !

Cette chanson a été créée par notre amie pour le NID’s Connecting the Dots Campaign! Apprenez le texte, chantez en chœur, fermez les yeux, vous y êtes ?!! Cette chanson est entrainante, gaie, plaisante, rythmée et douce à la fois ! Une grande réussite avec un changement de style bien apprécié aussi :-)


Souvenir du Mas du Clos …

« Rien pour moi n’est plus grand que d’aimer des amis qui partagent votre passion. Des amis qui viennent pour se faire plaisir, pour nous faire plaisir, partager ensemble la même passion sans convoitise, sans jalousie ». Voici la phrase clé d’une personne d’exception « Pierre Bardinon » que j’ai eu l’immense chance de rencontrer ! Quand j’ai demandé à un ami designer automobile quelle célébrité il aimerait rencontrer dans sa vie, il me répondit sans hésiter « Pierre Bardinon », je pris ça comme un challenge… Le rendez-vous était pris, pas évident bien sur, même fils de désigner et professeur de mécanique, il fallait trouver le petit déclic pour passer la fameuse barrière de la secrétaire ! Ce fut fait sans problème et le tout était ensuite de plaire à ce fabuleux personnage. Je me rendais sur les lieux prestigieux du Mas du Clos, faisant ronronner un doux six cylindres fraichement rodé… Accueilli à l’anglaise, majordome, prestige et grande classe, sourire et amitié, on me conduisit dans une petite salle d’attente, un salon de mécanique devrai-je dire ! Je ne mis pas longtemps à me trouver face à lui, j’éprouvais déjà de l’admiration, il faut dire qu’il impose agréablement au milieu de cette bibliothèque magistrale qui raconte dans une passion partagée depuis longtemps, sa propre histoire au jour le jour et classée soigneusement dans des carnets géants, à ce stade, si vous n’êtes pas impressionné, vous prenez simplement la porte ! La présentation faite, un test sélectif très stratégiquement posé par le maître des lieux sur mes compétences en matière de design aurait pu me bloquer ! Mais c’était sans compter sur ma capacité à retomber sur mes pattes en apportant ma petite touche sincère et personnelle en la matière… Souvenirs du paternel, compétences acquises avec mes activités sur Art-Concept-Design pendant 5 ans et modeste historique personnel sur mon propre parcours de pilote automobile et moto. Un premier échange fut fait sur les différents circuits que j’avais fréquenté et qu’il connaissait bien sur par cœur ! Une deuxième question sur mes goût en matière de mécanique aurait pu tout gâcher, sans vous dévoiler mon secret, il faut juste savoir que ceux qui aurait choisi par facilité la prestigieuse marque au cheval cabré se seraient trompés !!! Mes goûts au contraire (que les plus intimes connaissent depuis ma plus tendre enfance) à ma plus grande surprise rejoignirent les siens et c’est dans le secret le plus absolu que je pénétrais dans l’antre secret de ma nouvelle idole ! Son sourire estompé sur son visage mur et sincère a contribué à me plonger dans un plaisir exponentiel, je venais tout simplement de lui citer la marque et le modèle qu’il tenait secret du public et des médias !!! Et puis là tout se bouscule, l’histoire des premiers évènements vécus me plongèrent non pas dans mon passé (je prends de l’âge certes mais quand même !) mais plutôt dans celui de mon paternel qui m’avait entre autre raconté tout ça quand j’étais enfant… Tous les souvenirs rejaillissaient au fil de ses explications, le fabuleux historique de sa Bugatti 35 LeMans, les marques fétiches que je garderai secrètes et toutes ces magnifiques voitures rouges vifs alignées les unes aux autres, les objets cultes de décoration avec leurs histoires, les vitrines d’accessoires prestigieux, son amitié énorme avec Enzo Ferrari dont je découvrais les cadeaux fait au fil du temps et tant d’autres détails que je raconterai peut-être prochainement… Inutile de vous dire également que d’arriver au Mas du Clos, c’est comme voyager dans un rêve, tout est beau, le rouge domine, les fleurs, les arbres, la mécanique, tout simplement la classe qui n’a d’égal que la qualité de l’accueil !!! Le personnage en face de moi est extraordinaire, il me rappelle sans cesse une personne qui a énormément compté dans ma vie et qui comptera toujours bien sur, d’une grande simplicité mais sachant conter avec une telle aisance, il m’a tout simplement captivé pendant les heures privilégiées partagées avec lui. Ce fut un honneur de le rencontrer, c’est tout simplement unique… Nous ne pouvions pas nous séparer sans partager une autre passion commune avec lui, en effet et ceux qui me connaissent bien l’ont deviné, Pierre Bardinon adore également le monde du deux roues ! Une invitation est lancée alors pour avoir le plaisir de me voir tourner avec mon monstre sur son propre circuit, c’est un privilège de plus que je n’oublierai certainement jamais ! Et puis il y eu des anecdotes marquantes sur ses propres acquisitions de modèles d’exceptions où là encore les souvenirs me dressent encore les poils sur les avant-bras… J’espère y retourner prochainement, ce petit clin d’œil est adressé à mes amis également passionnés d’automobile et de moto, à mes deux fils en souvenir de leur grand père qui aurait certainement été ravi de m’accompagner sur ces lieux magiques, à mes deux frères eux mécaniciens qui ont eu la chance de suivre les traces de leur père et à mon ami Bernard principalement qui m’a permis de peaufiner la restauration de la belle des lieux du moment… J’espère que cette lecture vous a plut, si vous voulez d’autres détails, je me ferai un plaisir de vous les donner en toute confidentialité à l’occasion d’un petit rendez-vous chez auto-passion par exemple, à très vite… David

Le légendaire et magnifique circuit du Mas du Clos !