La piste moto

Nous y voici, notre groupe est formé, un grand nombre d’entre nous ont envie de savourer le plaisir de la vitesse et de la prise d’angle (poser son genou !) sur circuit.


Ça tombe bien, chez

« Spirit Rider’s »

c’est comme dans le cochon, tout est bon !

Notre objectif est clair et bien défini, nous partirons ensemble, nous reviendrons ensemble !


Pour démarrer, votre moto de route peut très bien faire l’affaire… Mais notre objectif final sera de nous équiper de motos de piste (et oui, je mets un « s » à moto, sachant que pour démarrer, nous allons viser modestement mais pas tant que ça finalement).

Nous sommes souvent réticents à l’idée de rouler avec notre moto fétiche sur piste, la peur de la chute, la détérioration accélérée du moteur etc. Pourtant, je le répète souvent à mes fils, il n’est pas obligatoire de chercher les limites pour s’amuser et apprendre sur piste. Il vaut mieux s’inscrire comme débutant et évoluer dans les autres groupes si on s’en sent capable mais être sûr de s’amuser sans prendre le moindre risque.


Un GSXR modèle 2002, pourquoi ?

projet piste

Déjà parce que ça reste ma moto préférée (je sais, je sais, la HP4… On en parlera plus tard !)

Et de plus, on aura ainsi des pièces précieuses provenant de mon ami Christophe Guyot : carénage en carbone kevlar, kit transmission, plaquettes pour la piste…

Ensuite, nous verrons ce dont vous-même, vous disposez, machine prête pour la piste ou votre moto de route.


A ce propos, j’ai commencé ainsi en 1991, avec un bon FJ 1200, puis un bandit 1200 (une merveille), une R1000S boxer-cup, une ZX6R 1996, une ZX6R2003 (avec laquelle j’ai participé au championnat de France d’endurance deux fois) et puis mon mythique GSXR1000 du GMT94 !!! Le summum, la cerise sur le gâteau et définitivement, le virus inguérissable…Pour au final (et ce sera ma dernière !), partager la même joie que mon ami Kenny, et sentir la puissance et le confort d’un HP4 full compétition chaque fois que possible, sur la piste comme sur la route !


La règle d’or, c’est d’y aller doucement pour commencer avec votre moto de tous les jours, rester serein et bien se préparer, nous allons voir ici comment.

J’ai fait une seule chute à moto avec fracas sur circuit, c’était en 1992, à Carole, un motard qui m’a foncé dessus, nous n’en parlerons plus, nous ne sommes pas seuls sur la piste, c’est exactement comme sur la route, l’imprévisible peut se produire. Ce n’est pas pour autant qu’il faille en avoir peur et c’est justement armé de grande vigilance que vous éviterez le pire.

J’ai par ailleurs un grand nombre d’astuces à vous transmettre car en définitif, cette chute m’a beaucoup apporté ! à suivre…


Les astuces sont nombreuses, je ne pourrai évoquer modestement que ce que je connais mais ce lieu d’échange nous permettra de collecter les témoignages d’amis et de pilotes plus chevronnés que moi.

Notre premier objectif (et ça restera la mentalité du groupe) c’est de se faire plaisir, d’apprendre les bases du pilotage, et d’augmenter nos performances acquises si nous le souhaitons, d’affiner la connaissance de notre moto et si un jour vous claquez une pendule, tant mieux mais ça ne sera jamais notre but final, il y a bien d’autres organismes plus adéquats pour cela.

Pratiquement toutes les motos conviennent, j’ai vu de tout sur les circuits et tout le monde prenait le même plaisir.


Je me souviens d’un couple mémorable en 125, qui doublait tout le monde (pratiquement ! si quelqu’un se souvient d’eux, ils peuvent les citer dans les commentaires) aux sessions du dimanche à Carole ! Et puis ces pilotes en CR500 ou autre gros trails qui glissaient en faisant le spectacle avec des chronos bien meilleurs que certains motards équipés de sportives derniers cri…

Notre groupe sera solidaire en tout, préparation avant de partir, préparation avant de rouler, pendant les séances de roulages, entre deux séances et entre deux pilotes, pendant la pause, avant de quitter le circuit, stockage de la moto avant la prochaine session…

aldo_2003_albacete

Ça vous plait ? On continue ?


Nous organiserons une réunion avant chaque roulage, en compagnie de nos amis pilote officiels, avec en priorité tous ceux qui voudront rouler sur circuit afin de leurs confier quelques astuces, ensuite chacun sera fin prêt pour s’engager au fil du temps pour du roulage…


Le contrôle avant de partir :

a)   Chaîne : tension, graissage

b)   Plaquettes de frein : niveau d’usure ? Évitez les plaquettes entrée de gamme, inadaptées à la piste.

c)   Huile : niveau, qualité. Sur piste, la moto consomme naturellement plus d’huile, la surveillance est donc indispensable

d)   Serrages : hé oui, j’ai roulé avec plusieurs BMW et Moto-Guzzi alors je sais de quoi je parle !

e)   Réglages de la moto : Les leviers, c’est l’occasion d’en ajuster les réglages. Les pédales en fonction de votre morphologie, pour en définitif rouler le plus détendu possible.

f)   Les pneus : ils encaissent un peu plus lors d’une session piste. Une vérification s’impose. Aujourd’hui, les pneus de routes conviennent parfaitement pour rouler sur piste ! Bien sûr, si nous pouvons organiser des WE spécifiques en stages, nous équiperons nos machines de pneus piste…

g)   Entretien moteur : dernière révision ? Bruit suspect ? Contrôle démarrage et chauffe au garage avant le jour « J » !

h)   Protection : Pare-cylindre ou tampons de protection restent un minimum.


La pression des pneus :

En général, sur piste, on préconise de réduire la pression des pneus, en fait, ne vous inquiétez-pas, nous nous baserons sur les conseils des « vrais » pilotes, c’est ce qu’il y a de mieux ! Et puis après, on a des bases et on peaufine si on s’en sent capable.

Précaution :

S’hydrater et s’alimenter équilibré et tout au long de la journée sera de mise ! Alors si mesdames veulent nous faire plaisir, un bon petit plat sera le bienvenu J Et pour les miss qui conduisent, je m’occupe des pneus et vous de la bonne salade, ça vous va J Ceci dit, si vous voulez intervertir les rôles, ça me va aussi…


Règles de base :

En fonction des circuits, nous aurons quelques règles de base à respecter. Je m’en occuperai à chaque fois, pas de mauvaises surprises de dernier instant !

Que l’on doive masquer les miroirs des rétroviseurs et l’éclairage de la moto par obligation ou par habitude, que l’on doive se munir d’une certaine assurance ou licence (stages) ou encore vérifier le niveau sonore de notre pot etc. Nous prendrons les précautions qui s’imposent.

Une trousse à outils commune et bien ordonnée sera également constituée et restera intégrale, ça vous convient ? J’ai pour ma part un grand nombre d’outils en double et je pense que ça ne sera pas dur de constituer cette trousse. Si vous avez des idées complémentaires et des outils qui ne vous servent pas, n’hésitez-pas à compléter ma liste.

-       Compresseur

-       Contrôleur de pression mobile

-       Clés plates et à pipe

-       Pinces (tous types)

-       Produits d’entretien divers (bombes nettoyant écran et visière, graissage etc.)


Papiers/licence

Déjà évoqué plus haut, souvent indispensables pour l’inscription, au risque de se voir renvoyer chez nous !

Définir qui roule avec quoi, avant même de prendre la route bien sûr…

Ce que nous ferons une fois arrivés sur place :

Avant la première session, nous prendrons le temps de préparer les motos.

Nous évoquerons les astuces et les conseils pendant notre réunion préalable…

-       Masquer les phares : pourquoi ?

mask-phare

-       Masquez les rétroviseurs : ou les démonter (sauf pour nos bécanes de piste bien sûr)


virage-gauche

Sur la piste :

Nous voici enfin prêt ! Les premières séances sont celles où tout se met en place intelligemment, puis nous remplacerons l’habitude par la concentration et le plaisir de notre évolution constante !

Je vous rappelle que pour vos équipements, vous bénéficiez d’une confortable remise au sein du groupe, n’hésitez-pas à me demander de vous accompagner aux bons endroits, n’est-ce pas Jérôme…  Lors de notre réunion, Jérôme vous expliquera comment un rêve se transforme en réalité avec encore plus de satisfaction que ce que l’on avait imaginé au départ…

Nous discuterons bien évidemment pendant nos réunions, les rappels sont impératifs, même pour les meilleurs, d’une part ça permet à chacun de se souvenir que quel que soit le niveau acquis, nous sommes toujours (ou souvent) entourés de débutant, et que c’est à nous de montrer l’exemple !

Pas question de rivalité entre nous, pas de colère, pas de râleur au sein du groupe.  Nous aurons le plaisir d’être tous ensemble, de nous entre-aider,  de nous répartir les tâches, de partager les contraintes et les corvées (et oui, il y en a !)

Et puis quand nous partirons pour nos sessions, nous serons concentrés sur notre pilotage et pas sur celui de l’autre ok ? C’est en fin de session que l’on pourra débriefer,  ça ne m’empêchera pas de vous précéder ou de vous suivre pour ensuite partager avec vous, nous aurons des moments à partager avec d’autres motards en session libre, ou en stage et nous aurons parfois le privilège d’être seuls du groupe à utiliser le circuit.

A nous d’optimiser chaque instant et de profiter du présent en pensant déjà aux sorties futures.


HP4-BMWLa chauffe des pneus

Nous n’aurons pas toujours la possibilité d’utiliser des couvertures chauffantes pour nos pneus et puis ça ne sera pas forcément utile ! Alors utilisez les 2 premiers tours de chaque session pour faire monter la température de vos pneus, en augmentant progressivement la vitesse et l’angle d’inclinaison. Ensuite, à partir du 3 ième tour, vous pourrez commencer à ne faire qu’un avec la piste et vous régaler en posant votre genou !

Encore une fois, ça ne sera jamais une obligation de vous comporter en champion motoGP ou en arsouilleur de JoeBArTeam ! Notre projet est de nous amuser, de rouler vite sans risquer la marée chaussée, d’accélérer fort, très fort ! Sans se soucier des autres, uniquement en savourant notre propre plaisir et en souriant intérieurement en n’ayant qu’une pensée commune : notre moto !!!

J’ai fait assez de stages de pilotage pour observer les impatients aller au tas pour des glissades à cause de pneus froids ou à cause d’erreur de pilotage flagrantes !

La patience sera donc de rigueur et sans se prendre la tête avec des idées négatives, se souvenir que nous sommes dans le partage et que si nous utilisons des motos en commun, nous méritons tous le respect les uns des autres.


Le passage des vitesses sans embrayage :

Pour ceux qui ne connaissent pas ou qui sont légèrement réticents par peur de mal faire ou d’abîmer la mécanique, sachez que cette méthode est vraiment non seulement agréable mais également facilite grandement le pilotage sur circuit.

J’initierai les débutants sans soucis, personnellement, je l’utilise en conduite standard parfois par réflexe, sur la HP4, le GEX comme sur la Boxer-cup.

Tout est question de juger « au bon régime », au même titre que passer les vitesses sur une BMW, Harley, Moto Guzzi ou autre Ducati sans faire claquer les vitesses est possible ! Il vous suffira de quelques essais pour maîtriser cette routine très simple de façon à ce que le passage se déroule sans souci et sans décélération.

pilotage-encadrement


Poser le genou à moto !

Pas difficile de se rendre à l’évidence, poser le genou reste un plaisir pour tout pilote !

Nous aborderons les différentes étapes qui vous permettront de le faire et très vite, vous raclerez le bitume avec vos beaux sliders !

La plupart du temps, on n’est pas si loin de l’angle voulu pour arriver à nos fins.

Première approche théorique avant de passer à la pratique :

1)     Être stable sur ses repose-pieds, chacun a sa manière de poser confortablement ses pieds, mais je ne saurai trop que conseiller de ne pas conduire les pieds en canard, ça m’interpelle quand je suis ou croise un motard avec une silhouette comme une grenouille.  En fait, l’essentiel est d’assurer une bonne stabilité. Je recommande de s’appuyer sur le bout du pied. Cela a pour effet de vous permettre de lever le mollet sur la jambe extérieure et de verrouiller le genou dans le réservoir. Par ailleurs, le talon se rapprochera plus facilement de la moto.

2)     Ensuite, ce sont vos jambes qui tiennent la moto, pas vos mains ! La jambe extérieure se cale contre la moto, assurant le troisième point d’ancrage de votre corps avec les deux repose-pieds. Placez votre genou aussi loin que possible en ouvrant la jambe, mais toujours sans tension. Votre talon intérieur peut se rapprocher de la moto, jusqu’à la platine du repose-pied si votre machine en est équipée, pour ouvrir plus facilement la jambe.

3)     Déhanchez raisonnablement, le dosage est simple : vous le faite au feeling mais en restant stable et ancré sur la moto. C’est ensuite avec l’habitude que vous prendrez des repères plus précis.

4)     Pas trop près du réservoir, le mieux pour débuter reste de s’asseoir à quelques centimètres du réservoir, restez naturel et votre corps vous guidera au fil du temps.

5)     N’oubliez pas votre tête, en général où se trouve en principe le rétroviseur sur les sportives modernes. Vu du dessus, tête et buste sont alignés, parallèlement à l’axe de la machine. Ce qu’il faut éviter, c’est de déhancher en gardant la tête derrière la bulle, il suffit de regarder toutes ces magnifiques photos qui font notre quotidien sur FB de nos pilotes favoris !

6)     Gérez votre vitesse en douceur, pas besoin d’aller vite pour se faire plaisir ! Et avec l’assurance au fur et à mesure, le genou sera posé de plus en plus vite dans des courbes de plus en plus longues.

7)     Entrainement à l’arrêt, placez votre moto sur la béquille latérale, et entraînez-vous (pour le point 6, vous pouvez toujours simuler le vroum vroum…), attention à être accompagné et ne pas prendre le risque de faire tomber votre moto !

enfants_carole-bapteme

En conclusion, si votre position est bonne, vous êtes sensé pouvoir lâcher le guidon. Et rassurez-vous, l’effort sera moins intense en roulant.


Attacher sa moto sur une remorque : Les contraintes

Il n’est pas nécessaire de mettre des points d’attache à n’en plus finir ! Il faut juste choisir les bonnes sangles et (à mon avis) assurer 4 fixations (histoire de limiter le risque d’une sangle défectueuse) ensuite, on doit supprimer les risques suivants :

-        l’inclinaison de la moto pendant le trajet

-        le roulement vers l’avant ou l’arrière

-        la glisse des pneus latéralement.

Idéalement, avoir un support de roue avant pour y attacher la roue avant de la moto, une cale derrière le pneu arrière peut être une solution.

Pour la fixation même de la moto, je veille toujours à ne pas abîmer les différentes parties de la moto (carénage, selle, poignées etc.) Je mets la moto sous pression sur la fourche et l’amortisseur arrière (fini le temps où j’en avais deux J ) mais je laisse un peu de marge pour amortir les imperfections de la route.

La moto ne doit faire qu’une avec la remorque : Une fois la moto attachée à la remorque, quand vous essayez de la bouger, c’est l’ensemble moto-remorque qui doit réagir, comme si les deux ne formaient qu’un.

Conclusion

Notre petit tour d’horizon est terminé, ce projet nous met du baume au cœur !

J’en profite pour vous remercier tous de votre bonne humeur permanente et de cet engouement partagé qui a donné naissance à notre groupe.

Petit clin d’œil ici à mon ami Fred directeur de Carbon Auto à Magnanville, qui s’occupe désormais de mes deux machines <3

fred_hp4-1920-2Et voila, patience, c’est pour bientôt, tous à vos claviers et commentaires :-)

Seul au monde

VOICI Comment j’ai préféré l’aventure à moto plutôt que le confort d’un vol en avion !

J’avais commencé à nommer cet article « Cloyes Madrid » tout simplement, mais après mure réflexion, mon sentiment fut plutôt orienté vers ce nouveau titre qui tout au long de ce trip a trouvé sa juste place.

« Seul au monde » ne signifie pas qu’il n’y ait rien autour de vous auquel vous ne pouvez vous rattacher !

Au contraire, des solutions multiples s’offrent à vous : par exemple vous pouvez disposer une photo embarquée de votre chérie dans la pochette transparente de votre sacoche de réservoir, celle de vos enfants dans votre portefeuille que vous verrez à chaque arrêt et puis vous avez toujours vos pensées permanentes qui courent au fil des kilomètres et vous entrainent loin de l’instant présent.


Mais laissez-moi vous détailler mon voyage extraordinaire à bord de mon surf d’argent, quelque peu bridé toutefois par la réglementation routière !

L’idée principale était de me dégager des contraintes psychologiques habituelles du vol Paris-Madrid, mes nouvelles conditions de travail professionnel, m’entrainent souvent à prendre l’avion et quand il m’a été permis de penser aux avantages indéniables de prendre la route à moto et d’associer l’utile à l’agréable, mon esprit s’est mis dans un mode permanent de réflexion.

Pas une minute à perdre entre deux vols !

Pas une minute à perdre entre deux vols !

Pendant de longues journées je me suis posé les questions, du temps, de la météo, de la fatigue, du coût, de l’usure du véhicule aussi, mais rien ne m’arrêta dans ma prise de décision finale qui elle, avait germé en moins d’une minute !

Les motocyclistes ayant l’habitude de ce genre de longs trips, vous confirmeront qu’on ne prévoit pas un voyage de ce genre à la légère et encore moins avec une moto de course.

Il convenait de préparer la machine qui n’avait pas traversé la France depuis bien longtemps. Une nouvelle monte de pneus s’imposait, et de ce fait, une petite étude du marché actuel me fit choisir les nouveaux Michelin Pilot Power3 appréciés des roadsters et des sportives et pouvant être utilisés sur route autant que sur circuit, l’expérience m’a confirmé que je ne m’étais pas trompé dans mon choix.

à l'approche de l'hiver, un compromis s'imposait...

à l’approche de l’hiver, un compromis s’imposait…

Un petit tour en atelier, le temps de me replonger dans l’ambiance des préparations de circuit et de la bonne odeur de caoutchouc, un contrôle général de la machine et la voilà enfin prête !

L'endroit fétiche d'une moto, sur circuit ou en atelier !

L’endroit fétiche d’une moto, sur circuit ou en atelier !

Une belle préparation avant un long voyage s'impose...

Une belle préparation avant un long voyage s’impose…

Ensuite la réflexion s’est portée sur l’équipement de route, un petit tour chez mon amie Nathalie avenue de la Grande Armée, toujours de bon conseil depuis mes débuts sur circuit, c’est toujours un plaisir de m’en remettre à elle pour choisir mes équipements.

Le plaisir de rechercher les solutions idéales, partager les conseils des professionnels et évoquer avec eux mon projet fut un bon début.

Je trouvais une sacoche de réservoir parfaitement conçue et assortie aux couleurs de ma moto. (le coup de bol magistral !)

Puis un sac étanche pour transporter mes ordinateurs portables à l’arrière de la moto, et pour conclure, une combinaison de pluie efficace en prévision des conditions climatiques annoncées par météo France.

L’avantage de partir uniquement pour le travail, c’est que j’ai pu troquer les affaires liées aux loisirs contre celles nécessaires pour mon business qui occupent bien moins de place.

Par sécurité et pour essayer tout ce nouveau matériel sur la belle, je fis un test routier la veille de mon départ officiel. Un petit au revoir à mes deux fils « motards dans l’âme » et le constat de mes choix idéaux.

Me voici prêt pour le grand départ, je prévois de prendre mon « envol » dans la nuit pour arriver en fin de journée à Madrid. Les nuits comme d’habitude sont courtes pour moi et trouver le temps de reposer mes yeux quelques heures n’était pas gagné !

De surcroit, un chalazion récent à l’œil droit, très douloureux, n’a fait qu’augmenter l’aspect pénible du projet. C’est en fait 4h de sommeil plus tard et avec une souffrance terrible que je m’habille pour prendre la route, c’est là que l’aventure continue.

équiper une moto de course pour un long voyage n'est jamais facile !

équiper une moto de course pour un long voyage n’est jamais facile !

Simulation avec tout mon équipement la veille !

Simulation avec tout mon équipement la veille !

La sacoche réservoir protégée, le sac arrière bien harnaché et mon fameux Helmet Bag Insolent Rider dans le dos afin de protéger mon casque pendant mes arrêts prolongés, je monte sur ma moto et je la démarre.

Sous le doux ronronnement de la bête, je jette un dernier coup d’œil autour de moi pour graver en moi ces belles images de la nature environnante. Je tourne la poignée de gaz !

A peine arrivé au premier stop, la pluie me plonge immédiatement dans une ambiance de solitude. Dans le grand noir et la mauvaise visibilité, je me focalise sur le bruit magnifique de ma ligne Micron, je me cale bien au fond de la selle et en position de pilotage telle que ma l’a enseigné mon mentor Christophe Guyot, Je me protège derrière mon carénage Carbone Kevlar ! Je commence à enchainer les kilomètres.

L’anticipation est de rigueur, j’augmente la distance de sécurité, je prête attention à chaque instant, je ne risque pas de m’endormir ! Sur la nationale, certaines zones à risque, entre les deux rangées d’arbres bordant la chaussée, les feuilles mortes lâchées par le vent me font redoubler de prudence. Mes cours de médecine me reviennent en tête en circulant de nuit : Atténuation des contrastes, modification du champ visuel, perturbation du sens du relief, auxquels vous ajoutez l’éblouissement des autres, les passages sous de très fortes pluies et certaines zones en travaux à peine éclairées augmentent le taux d’adrénaline à certains endroits !

Voici les premiers 80km engagés et l’autoroute qui n’est plus loin, un grand soulagement car je ne pensais absolument pas rencontrer les premiers problèmes dès les premiers kilomètres !

Les seuls véhicules croisés sur ma route depuis 4h30 étaient les camions et malgré leur position dominatrice depuis leurs cabines surélevées, ils semblaient être gênés par mon code peut-être réglé un peu haut.

Dans ces conditions de conduites pas si facile du tout, ils n’ont pas hésité à me le faire comprendre, plein phare, parfois même certains d’entre eux étaient équipés de longues portées et m’en mirent plein dans la figure.

Je peux vous assurer que dans ces conditions extrêmes, l’inconfort sous ces trombes d’eau et ce manque de visibilité est de taille ! Pour certains qui m’ont surpris au dernier moment, j’ai mis plusieurs minutes parfois à retrouver des conditions de roulage à peu près correctes (cette rémanence qui provoque un halo blanchâtre et intense qui ne disparaît qu’après un certain temps…)

Et ce, avec un œil qui se fatiguait de plus en plus heure après heure.

400km à l'aller et 600km au retour dans ces conditions !

400km à l’aller et 600km au retour dans ces conditions !

Alors pour rappeler à ces gens là ce que nous vivons sur deux roues, voici un petit aperçu de ce que l’on voit par temps de pluie dans le meilleur des cas !visibilité_nulle2

Premier poste de péage, premier ticket, petite difficulté sous la pluie car à l’arrêt, je suis obligé d’enlever mes gants et avec le vent, je commence à avoir les mains mouillées (donc inévitablement l’intérieur des gants ensuite !)

Le ticket est précieusement glissé avec mon portefeuille dans la poche étanche de ma combinaison. Je reprends la route sans être plus indisposé que cela par ce petit arrêt mouillé et glacial.

Je précise que ma combinaison de cuir et par-dessus elle, celle de pluie ont contribué à me tenir bien au sec et bien au chaud tout au long du parcours jusqu’à la frontière.

C’est, arrivé au second péage, que le problème prit plus d’importance ! En effet la machine n’acceptait pas le ticket légèrement humide et j’ai dû attendre de longues minutes toujours sans protection au dessus de moi (on se demande à quoi servent les abris au dessus de nos têtes puisqu’ils vous font avancer jusqu’aux endroits où ils ne sont pas efficaces !)

Péage-autoroute

Les cabines vides, vous êtes contraints d’avancer là où les abris ne sont plus efficaces !

L’hôtesse à l’interphone décide tout de même de m’appliquer le plus petit tarif puisque je venais de prendre l’autoroute 5mn auparavant, elle m’avait demandé de lire cinq chiffres totalement illisibles sur mon ticket (encore une fois, je pense que de sérieuses modifications s’imposent sur les réseaux autoroutiers, pas seulement au niveau des routes comme c’est toujours le cas mais aussi au niveau des péages !)

Je repartais donc avec le même rythme en attendant patiemment la pause pour faire le premier plein d’essence.

Une fois arrivé à la station, j’ai pu essuyer mon casque et mes gants et vérifier que tout se passait bien au niveau de la moto. Ce fut le cas et je ne tardais pas à reprendre la route immédiatement, réservant des temps de pause plus long au fur et à mesure de mon avancée.

La pluie ne cessait de tomber et j’avalais les kilomètres en savourant tout de même la puissance et la précision de mon engin, quel bonheur de ressentir ce plaisir incessant et de penser que quelques heures plus tard, inévitablement, j’aurai le bonheur de rouler avec le soleil du sud.

Merci au personnel sur les aires de repos qui me servait mes cappuccinos et contribuait à surveiller ma moto pendant que j’allais me laver les mains.

Certains lieux mieux aménagés que d'autres, permettent de se relaxer en surveillant sa moto !

Certains lieux mieux aménagés que d’autres, permettent de se relaxer en surveillant sa moto !

Le jour se lève rapidement, les kilomètres s’enchainent et je ne les ressens pas, l’itinéraire est simple, peu de monde sur les routes, je prends mon plaisir à piloter et à penser au soleil de l’Espagne !

Le passage de Bordeaux se fait ressentir, le temps se calme un peu, la chaleur de certains endroits commence à sécher mes gants, j’ouvre même un peu les mains en conduisant pour faciliter le phénomène. Me voici plongeant dans la région Aquitaine, les noms défilent, les souvenirs rejaillissent dans mon esprit, il est  indéniable que l’esprit ne travaille pas à cette vitesse quand on prend l’avion.

Je laisse Biarritz, son port de pêcheurs, sa grande plage et son phare sur ma droite, je me dis que peut-être au retour si le temps est plus clément, je m’y arrêterai un peu pour sentir l’embrun !

La côte basque défile rapidement, les lieux me sont tous connus et j’apprécie de me plonger dans ces souvenirs de périples qui ont alimenté une partie de mon passé à moto principalement.

Saint-Jean-de-Lutz puis Hendaye et la frontière n’est plus loin, le beau temps non plus. Où certains visent leur point de chute, je réalise qu’un bon tiers de route m’attend encore et comme je l’imaginais bien, le plaisir entre la pierre et l’eau, l’Espagne du Nord, de la frontière à la capitale…


« Voyez d’abord avec votre esprit, ensuite avec vos yeux, et enfin avec votre corps. »

Yagyu Munenori

Il y a deux natures qui s’imposent à moi, la pierre et l’eau, je rêve de ces éperons rocheux dont émanent les idées de vols, les sentiments de liberté vers l’infini et où se rejoignent les plus beaux horizons. Je plonge aussi chaque fois que possible dans des mers inconnues composées de mille décorations différentes, gravées dans mon esprit à jamais lorsque je les partage avec ma sirène et adoucissant mon corps à chaque fois que je m’y glisse.

« La résonance des deux mondes est un fil conducteur qui me libère et me dirige inévitablement vers ces mouvements cohérents qui m’entrainent chaque fois dans le bon chemin. » © DM

C’est pourquoi je me suis senti aussi libre en traversant l’Espagne du Nord, identifiant parfois les sinueuses trajectoires à celles de notre région d’Auvergne, respirant à pleins poumons le bon air des lieux.

Les touristes aiment les plages bondées et huileuses. Ils aiment se rejoindre et s’unir dans des lieux de visites programmées, je ne discute pas leurs choix, je leurs préfère tout simplement la solitude de mon parcours et l’isolement de mon périple du jour.

Passer 12 heures seul, plongé dans la réflexion et le souvenir des actions passées, autant que dans la projection des projets à venir, est pour mon esprit et mon âme la plus grande satisfaction qu’il me soit permis d’obtenir.

Quitter le bord de mer et monter en altitude, empruntant des routes toutes plus belles les unes que les autres.

Quitter le bord de mer et monter en altitude, empruntant des routes toutes plus belles les unes que les autres.

Je préfère de loin les routes sauvages et désertes, je suis béni, je les ai trouvées en ce beau pays où il m’est permis de ressentir des émotions uniques, peut-être directement liées aux origines de la femme que j’aime ou encore au bonheur de partager les lieux avec elle ou mon associé.

N’y voyez aucun mépris pour le reste, je me sens parfaitement bien dans ces conditions de vie où les sensations privilégiées en attendant le bonheur de les partager, restent celles de la solitude et du silence.

Paysage aux alentours de Madrid

L’itinéraire a été simple et enfantin, pas besoin de GPS avant même de rentrer dans Madrid, uniquement rester concentré sur ma conduite, les radars, l’autonomie et le confort d’une position idéale qui m’a permise de faire le tout d’une seule traite.

La fin est proche, la circulation s’intensifie et je redouble d’attention, ma crainte pour les radars me garde en éveil, parfois même avec la chaleur et le manque de vivacité de conduite, on s’endormirait !

Fréquenter ces routes magnifiques entre 90 km/h et 120 km/h est une torture ! Je joue de l’accélérateur et je compte désormais les minutes qui me séparent de mon lieu d’arrivée. Mes amis du monde du deux roues, me connaissant bien, se doutent que pour moi il est plus important de dominer ses impulsions que de vouloir dominer la « bête » !

Je commence à croiser quelques motos et à pénétrer dans l’agglomération de Madrid, même si le trafic est intense, le plaisir reste présent, je ne regrette vraiment pas cette agréable récréation dans mon emploi du temps si dense.

Cuatro Torres (Quatre tours) Business Area

Cuatro Torres (Quatre tours) Business Area – Photo David Mesmacque

Les rappels visuels de ce que j’avais découvert quelques semaines auparavant avec mon associé me font déjà vivre au rythme des Espagnols, il fait chaud, tout s’agite autour de moi, la capitale m’accueille… à suivre

David

« Oubliez votre peine, colère, rancune et haine. Laissez-les passer comme la fumée prise par la brise. Vous ne devriez pas dévier du chemin de la droiture: vous devriez mener la vie d’un homme de bien. Ne soyez pas possédé par l’avarice, la luxure, ou votre ego. Vous devriez accepter le chagrin, la peine et la haine comme elles sont et les considérer comme une chance et une épreuve donnée par les puissances divines…une bénédiction donnée par la nature… »

Masaaki Hatsumi

Stage Qi-Gong II

Stage de Qi-Gong de 2 jours au domaine des Dragons d’eau.

Accueil

C’est toujours une joie d’accueillir mes stagiaires, cette fois, Fanfan et Ondine sont venues avec des attentes communes.

Passionnées de natation et d’équitation toutes les deux, une approche des arts martiaux était un souhait de chacune, c’est donc avec grand plaisir que les notions théoriques diverses dans ce sport ont précédé quelques démonstrations bien sympathiques.

Une tonnelle nous abrite en cas de pluie en nous laissant profiter tout de même de la nature et de l'air pur...

Une tonnelle nous abrite en cas de pluie en nous laissant profiter tout de même de la nature et de l’air pur…

Majestueux, au milieu d'un espace vaste et oxygéné...

Majestueux, au milieu d’un espace vaste et oxygéné…


L’entrainement très complet a regroupé trois notions fondamentales pour des sportives de haut niveau qui partagent leur temps entre préparations et compétitions : exercices respiratoires, échauffement/concentration/équilibre et une initiation à la perception du Qi, prononcez « shi ». Premier niveau de Qi-Gong avec tout de même parce qu’elles ont bien travaillé le premier jour, une approche des déplacements, techniques normalement abordées bien plus tard dans la pratique comme dans la théorie.


Contrôler sa respiration est l’objectif de l’homme à travers les âges, pour se sentir bien et évoluer sainement il faut veiller sur les autres sans répit, en inspirant et en expirant ce que la nature et l’homme nous laissent de meilleur

Méditation, relaxation, Qi-Gong

Méditation, relaxation, échanger avec la nature…


Séance de Stretching au centre nautique

Comme souvent et surtout quand les sports nautiques font partie du quotidien des sportifs que j’accueille, quelques séances à la piscine s’imposaient ! Échauffement puis démonstration et jeux de bulles pour mettre en pratique les notions abordées en exercices respiratoires. Je dois avouer que mes deux élèves étaient douées, très concentrées et très prometteuses tant au niveau de la pratique des arts martiaux que de l’apnée, elles m’ont vraiment donné envie d’aller plus loin avec elles :-)

Position de Yoga idéale pour de multiples activités

Position de Yoga idéale pour de multiples activités

Souvent pour conclure un entrainement de natation, leur coach leurs demande de parcourir un 25m en apnée, désormais elles le feront sans forcer et sans peine particulière, je pense qu’à notre prochain entrainement les performances devraient les étonner elles-mêmes…

Bien évidemment, cette approche de l’apnée ne se fait pas sans explications détaillées quant aux techniques de sauvetage, l’assistance en surface, la notion primordiale de la surveillance etc. Encore un grand merci au passage à toute l’équipe du Centre Nautique de Cloyes-sur-le-Loir qui est toujours là pour apporter son soutien et surtout sa bonne humeur lors de nos séances…


Initiation au Qi-Gong Théorie et historique

Si vous arrivez directement sur cette page, il convient de lire les détails du blog, liés aux stages, ainsi que le contenu théorique du stage avec Sandy. Le stage avec Fanfan et Ondine nous a conduit « ailleurs » en complément du contenu habituel, les recherches individuelles et les attentes de chacun ne sont jamais les mêmes, cette fois, la demande nous a conduit vers un entrainement « poussé », malgré un temps peu clément avec nous, nous avons non seulement couvert la totalité des objectifs mais elles ont même pu être initiées aux déplacements en Qi-Gong qui nécessitent une grande maîtrise !

Mon travail consiste non seulement à enseigner les rudiments de base des sujets abordés mais également et surtout à permettre aux élèves de continuer seuls chez eux et de se corriger en repensant à l’ensemble des détails et précautions prodigués lors du stage…

Premier mouvement, puissant au niveau énergétique : la position de l’arbre.

Premier mouvement, puissant au niveau énergétique : la position de l’arbre.

Il est fréquent par exemple que l’équilibre et la notion de symétrie du corps et du déplacement soient mis en évidence, c’est là que j’interviens, dans le cas de Fanfan et Ondine, les corrections ont très vite été mises en application…La position de base par exemple, nécessite une rigueur d’exécution et le respect de nombreuses étapes impératives pour en ressentir tous les effets…

Les yeux fermés, le décalage est quasi systématique avant la formation ! Soit en hauteur, soit en profondeur, en fin de formation ce n'est plus le cas...

Les yeux fermés, le décalage est quasi systématique avant la formation ! Soit en hauteur, soit en profondeur, en fin de formation ce n’est plus le cas…


Je dois avouer que ce fut une grande satisfaction de constater le plaisir éprouvé par chacune et avec quelle réussite elles m’ont fait le plaisir de me démontrer leurs nouveaux acquis ! Je leur laisse le soin de vous détailler leur ressenti en fin d’article…Elles furent récompensées par leur assiduité et leur concentration et ont toutes deux réussi un travail exemplaire dans le mouvement, ma foi bien appliqué malgré le fait qu’elles soient débutantes toutes les deux…(cf conclusion).


Travail respiratoire

Les exercices étaient nombreux et les techniques abordées très évoluées, il n’est pas simple de se souvenir de tout mais une petite fiche technique est donnée afin de résumer les détails et permettre ensuite lorsqu’on se retrouve seul, de pouvoir s’y référer.

L’évolution s’est fait sentir, le calme et la sérénité aidant, le travail sur l’amplitude et la finesse des exercices a bien été mis en évidence. Concentrées à souhait pour parfaire leur savoir-faire déjà acquis par la pratique de leurs sports actuels.

Respirer et rassembler le Qi dans le Dantian… Cet exercice que je propose souvent pour ceux qui éprouvent des difficultés de concentration, des maux de ventre, des problèmes d’ordre psychologiques etc. est abordé régulièrement.

Il associe le mental au physique et le pratiquant peut éliminer rapidement les notions de stress, de haine, de cupidité et autres énergies perturbatrices de la conscience les conduisant ainsi hors de l’organisme…

Ces exercices peuvent se pratiquer allongé sur le dos ou assis, dans notre cas en position de lotus. Parfois je reste même debout selon l’état du sol où je me trouve pour mes entrainements, dans ce cas particulier, il faut d’abord être dans une position idéalement confortable avant de les commencer.

Je ne détaillerai pas ici ces exercices que je transmets à ceux qui souhaitent les partager avec moi sur place, la rédaction d’un volet à ce sujet fera partie d’une future publication à suivre…

Certains termes évoqués lors de ces exercices ne se retiennent pas si facilement mais c’est à force de pratique qu’ils deviennent des automatismes pour chacun (RENMAI Vaisseau Conception, DUMAI Vaisseau Gouverneur, DANTIAN, Le BAIHUI haut du crâne, le YINTANG sur le front…)

Ensuite la respiration en Yogi, souvent pratiquée pour l’apnée mais tout aussi bénéfique dans les autres sports. Notions déjà bien détaillées dans d’autres articles. Dans le cas de Fanfan et de Ondine qui pratiquent des sports qui le nécessitent, la respiration prend là aussi tout son intérêt !!!

Il est important de s’exercer dans un endroit calme, à l’abri de toute perturbation extérieure ! L’alimentation joue un rôle important également, d’où la demande précise faite à mon ami Edern qui s’est fait un plaisir de nous concocter quelques bons petits plats équilibrés.

« Les pensées volent jusque dans le Dantian » lieu de rassemblement du Qi !

Exercice respiratoire, la précision des mouvements est impérative ainsi que le respect de la symétrie et de la synchronisation

Exercice respiratoire, la précision des mouvements est impérative ainsi que le respect de la symétrie et de la synchronisation

Relâchement ou contraction, un enchainement si précis qu'il faut des heures de pratiques pour y parvenir.

Relâchement ou contraction, un enchainement si précis qu’il faut des heures de pratiques pour y parvenir.


Les localisations précises entre le vaisseau gouverneur et le vaisseau conception nécessitent une attention de chaque instant et une concentration particulière plus liée à l’abandon de soi. J’ai insisté sur ce point essentiel pour obtenir des effets notables chez mes deux invitées.

C’est par cette méthode que chacune a réussi par ailleurs à rechercher un point de décontraction réel pour améliorer sa propre capacité dans une position très particulière qu’il paraissait impossible d’obtenir au premier abord !

C’est au deuxième degré de cet exercice que l’on en ressent les bienfaits et que le Qi atteint le Dantian

Précision dans le mouvement !

Précision dans le mouvement !

Alignement...

Alignement…


Il est nécessaire de pratiquer au moins une semaine régulièrement, c’est-à-dire tous les jours pour commencer à ressentir certains effets comme par exemple les sensations de chaleur au « nid du coeur » (milieu du sternum), parfois, cela nécessite encore plus de temps, il faut donc être aussi perspicace que patient et ne pas hésiter à s’exercer chaque fois que possible.

Vous remarquez désormais pourquoi je fais une relation immédiate entre la pratique de l’apnée et du Qi-Gong, la persévérance est le maître mot de ce stage que je vous invite tous à retenir :-)


Conclusion

Je suis de nouveau fier de mes élèves, le stage a été réellement bénéfique pour tous. Complets et variés, les exercices se sont enchainés autant que les pauses théoriques pour nous combler à chaque fois. Un perfectionnement est déjà prévu, c’est un grand bonheur de nouveau pour moi de partager mon temps et de transmettre un savoir disponible pour tous ceux qui m’en font la demande…

Voici les témoignages de Fanfan et d’Ondine, vous pourrez vous entretenir avec elles par le biais des commentaires en fin d’article, n’hésitez pas, elle sont motivées et vont appliquer je le sais, leurs nouveaux acquis chaque fois que possible…


Fanfan : Malgré une météo qui n’était pas des plus réjouissantes, j’ai adoré ce stage « aux Dragons d’eau » David nous a transmis un savoir qui pour moi était en partie inconnu jusqu’à présent !

L’échauffement, les techniques de respiration expliquées nous ont transporté dans un état de bien-être absolu !

Dans les positions de Qi-Gong, j’ai ressenti un état de relaxation et d’abandon total et grâce aux corrections permanentes de David, j’ai senti mon corps bien ancré dans le sol avec un esprit serein !

Et malgré la fraîcheur de la journée, une certaine chaleur s’était installée !

Ce stage m’a apporté beaucoup et le fruit de ce savoir sera adopté dans ma vie de tous les jours !

Je ne manquerai pas à mes exercices de respiration et de position chaque fois que le besoin s’en fera ressentir ! « Les Dragons d’eau » est un lieu magnifique vraiment propice à tous ces exercices.

Nous avons eu droit également à une belle démonstration de Nunchaku et de Sabre avec une maîtrise totale. Je tiens également à noter au passage les repas de qualité durant le stage ! Merci au cuisinier…


Ondine : J’ai connu David grâce à Fanfan, une nageuse de haut niveau (sélectionnée au championnat de France tout de même!!!). Un jour, elle m’a proposé un stage de Qi Qong, de yoga et de relaxation sur deux jours. Nous avons passé deux jours super sympas et très relaxants. Je suis revenue ressourcée!

J’ai beaucoup aimé, tout d’abord, le lieu, une maison au milieu d’une forêt avec des fleurs sauvages, des oiseaux et quelques orvets.

Au milieu de cette nature, vivaient des convives très respectueux du lieu.

Nous avons eu un accueil chaleureux de David et de son ami Edern qui était aux petits soins pour nous et David très à l’écoute. Les repas et le cocktail, préparés par Edern, étaient excellents!

Passons maintenant au cœur du sujet ! Nous avons commencé les exercices de respiration, d’assouplissement sous une tente BMW ! La température extérieure nous a permis un raffermissement intégral !!! C’était plus clément le dimanche ! D’ailleurs, pieds nus dans l’herbe, nous avons senti la chaleur que dégageait le sapin à certains endroits!

Nous avons appris la posture de l’arbre. David, étant très précis, réajustait notre position. Également, nous avons abordé un mouvement du Qi Qong dans la lenteur. J’ai eu une sensation de légèreté, vraiment très appréciable. J’ai vraiment envie de pratiquer davantage.

Nous avons aussi travaillé l’équilibre sur la poutre. C’est un moment génial. J’adore cette sensation de maîtrise de l’équilibre grâce à l’aide précieuse de la respiration (réinvestissement des exercices).

J’ai beaucoup aimé les moments passés en piscine. David nous a initiés à l’apnée sans effort, (seulement 25 m! Mais tout de même!) avec une préparation rigoureuse! Le moment des bulles au fond de l’eau était magique.

Relaxation après l'effort !

Relaxation après l’effort !

En conclusion, c’est un week-end riche en sensation, qui passe trop vite ! Nous avons pris le temps de savourer chaque moment.


Stage Qi-Gong I

Stage de 3 jours de Qi-Gong au bord du Loir dans la commune des trois rivières.

Accueil

C’est avec un immense plaisir que j’ai pu accueillir Sandy, qui a pratiqué déjà le Viet vo dao et le Jujitsu. Notre objectif lors de ce stage était de faire une approche du Qi-Gong, tant sur l’aspect théorique qu’historique et pratique. Ensuite de travailler notre respiration, associée ou non à la pratique de l’apnée, Sandy étant passionnée par beaucoup d’activités, elle a partagé durant ce séjour deux de mes entrainements à la piscine. Nous avons vu également plusieurs étapes du stretching en association avec les sports qu’elle pratique.


Séance de Stretching au centre nautique

Le stretching englobe de multiples exercices, tous bénéfiques pour le corps mais tellement nombreux qu’il convient de les choisir sérieusement et en fonction non seulement de nos propres capacités à les réaliser mais aussi de nos propres besoins. Nous sommes plus ou moins élastiques, notre corps est plus ou moins habitué à ce que nous le sollicitions régulièrement, c’est le cas de Sandy, ma tâche était donc plus aisée, après notre séance de sport à la piscine, plusieurs exercices ont été vus et mis en pratique (3 ième degré en relation avec les organes internes, le psoas, les muscles spécifiques au travail accompli). Ensuite une séance de réflexion sur quelques positions complémentaires en Yoga et le tour était joué !


Initiation au Qi-Gong Théorie et historique

J’ai suffisamment décrit les bienfaits du Qi-Gong dans ce blog pour que Sandy ait pu se rendre à l’évidence du bienfait qu’il lui procurerait. Après des explications sur les positions de base, la méditation, la thérapie par la respiration, la gymnastique corporelle, la psychothérapie voire l’acupuncture pour présenter les possibilités de véhiculer le « shi », il nous restait à passer à l’acte !

Position alignement précision respiration

Position alignement précision respiration

Il est bien évident que cet art nécessite de nombreuses années d’expérience pour en ressentir toutes les possibilités si tant est qu’il fût possible de les approcher toutes…

Il était bien sûr impératif d’aborder les aspects majeurs de cette discipline sans aller trop loin dans ce qui ne serait pas interprétable sur du court terme. Les bases étant comprises, chacun peut travailler activement à son propre rythme et parfaire ses connaissances au fur et à mesure de ses possibilités et un jour se sentir capable de performances étonnantes tant sur le plan mental que physique.

Sandy nous livre en conclusion de cet article son ressenti à ce niveau…

J’aime rappeler une citation de Mengzi (372-289 ac J-C) : « L’homme doit sans cesse veiller à lui-même, pour ne pas perdre la bonté innée. Grâce au contrôle de sa respiration, il doit inspirer et expirer le souffle de l’univers. »

Le Qi (shi) est matière qu’on ne peut voir, j’ai donc fait cette approche détaillée de la perception que l’on peut en avoir et j’ai ensuite emmené Sandy au bord du lac de Morée où l’espace est propice à un excellent ressenti (Grosse pierre, sol propre et dégagé en plein air, une eau calme et reposante, le chant des oiseaux…)

Une explication sur les voies de conduction (les méridiens), une approche de la respiration (stimulation du sympathique et du parasympathique) avec l’élimination des tensions, l’application au quotidien etc.

L’étude de la position de base, deux mouvements importants puis le constat du résultat ainsi obtenu après 1h30 de pratique (cf conclusion).


Initiation au Qi-Gong Pratique

La position est importante, il convient d’être corrigé pour ne pas travailler sans optimiser le résultat à obtenir. Pendant que la position est maintenue, je continue mes explications et je corrige les inévitables changements d’attitude, réflexe et aboutissement de notre quotidien tendu et indiscipliné qui nous contraint plutôt que nous détend ! à l’occasion des premières séances, il est fort probable que les effets soient difficiles à bien analyser, j’ai la chance d’avoir pu initier bon nombre d’élèves qui m’ont expliqué au fur et à mesure le bienfait obtenu, provoquant un sentiment de satisfaction chez moi car résultant de cette bonne communication entre nous. En fin de séance, grand moment de relaxation et de marche douce au bord de l’eau afin de savourer chaque seconde des bienfaits obtenus.


Travail respiratoire

Je ne détaillerai pas ce qui est déjà vu sur ce blog à différents endroits, cette fois, les exercices ont porté sur la respiration pendant le mouvement pour le Qi-Gong (lever les bras, les baisser en harmonie avec soi-même et sans forcer) afin que naturellement, le cerveau commande ces actions dans le futur sans qu’on ait plus à le diriger. C’est à ce stade que l’on sait quel bénéfice on obtient chaque jour et que l’on a ainsi obtenu depuis la première séance.

Respirer et rassembler le Qi dans le Dantian… Cet exercice que je propose souvent pour ceux qui éprouvent des difficultés de concentration, des maux de ventre, des problèmes d’ordre psychologiques etc. est abordé régulièrement.

Il associe le mental au physique et le pratiquant peut éliminer rapidement les notions de stress, de haine, de cupidité et autres énergies perturbatrices de la conscience les conduisant ainsi hors de l’organisme…

Ces exercices peuvent se pratiquer allongé sur le dos ou assis, dans notre cas en position de lotus. Parfois je reste même debout selon l’état du sol où je me trouve pour mes entrainements, dans ce cas particulier, il faut d’abord être dans une position idéalement confortable avant de les commencer.

Je ne détaillerai pas ici ces exercices que je transmets à ceux qui souhaitent les partager avec moi sur place, la rédaction d’un volet à ce sujet fera partie d’une future publication à suivre…

Certains termes évoqués lors de ces exercices ne se retiennent pas si facilement mais c’est à force de pratique qu’ils deviennent des automatismes pour chacun (RENMAI Vaisseau Conception, DUMAI Vaisseau Gouverneur, DANTIAN, Le BAIHUI haut du crâne, le YINTANG sur le front…) et puis ça donne envie de venir me revoir pour en apprendre d’autres ;-)

Ensuite la respiration en Yogi, souvent pratiquée pour l’apnée mais tout aussi bénéfique dans les autres sports. Notions déjà bien détaillées dans d’autres articles. Dans le cas de Sandy qui pratique également le saxophone, la respiration prend là aussi tout son intérêt !!!


Conclusion

Les corrections en séance de stretching furent très vite assimilées et les résultats correspondirent aux attentes de l’instructeur et de l’élève.
Le travail du positionnement du corps a porté ses fruits aussi, il n’est pas chose aisée que de se positionner avec une bonne symétrie, de changer de position en respectant cette symétrie et pourtant elle est primordiale dans presque toutes les disciplines sportives sans que l’on s’en rende forcément compte.

C’est ce que je m’efforce de travailler en pratiquant le maniement des armes, même en apnée DYN ou DNF, je fais en sorte de faire mes mouvements en parfaite harmonie.

Après avoir corrigé Sandy, ses mouvements étaient superbes, je suis fier de mon élève, la satisfaction est donc totale. Quant au Qi-Gong, nous l’avons pratiqué au soleil rayonnant mais aussi par temps gris tout aussi agréable et le vent et le froid ne se firent pas ressentir !

à l’occasion de mes exercices personnels à la piscine, Sandy a pu constater comment je mettais en pratique tout ça en effectuant des distances importantes en apnée sans peine ni souffrance ! 75m poumons vides, plusieurs tables basées sur des distances supérieures à 100m et de nombreuses séances de STA agrémentées de lâchés de bulles bien rigolos ! Ce fut d’ailleurs notre récréation complice…

Voici le témoignage de Sandy, vous pourrez vous entretenir avec elle par le biais des commentaires en fin d’article, n’hésitez pas, elle est non seulement douée mais aussi très communicatrice de son savoir et de ses sentiments

<< Paisible…Apaisée, meilleure respiration, prise de conscience des effets sur le corps, sourire aux lèvres sont mes premiers mots :-) Je me suis sentie plus libérée, dans un premier temps, mon corps l’a ressenti, puis dans un second temps ça s’est passé dans ma tête, ce constat a libéré mon esprit. D’autant plus que grâce au respect que j’ai eu pour ce partage, l’attention que j’y ai mise à effectuer et comprendre de mon mieux ce que David me transmettait, j’y ai pris un grand plaisir à le faire puis à en ressentir les résultats. ça m’a donné envie de continuer ;-) >>


Historique entrainements

J’ai le plaisir de partager avec vous mes entrainements, astuces diverses et autres préparatifs avant votre apnée !


Entrainements en piscine


Depuis septembre 2012, je m’entraine principalement au centre nautique de Cloyes sur le Loir. Je tiens à remercier l’équipe au complet pour son aide et tout particulièrement mon préparateur physique et ami Charles pour son professionnalisme et ses bons soins ainsi que mon ami Edern pour ses photos, ses vidéos, la prise des chronos et l’assistance au bord du bassin… Petite pensée aussi pour Nicolas MNS à qui je pense à chaque session car sans son soutien et son professionnalisme, je n’aurai certainement jamais commencé mes entrainements à deux pas de chez moi :-)


Une ambiance vraiment sympathique et un lieu propice aux bons résultats.


Le 27 décembre Une STA à 6’25″ ,(à 1’10 de mon max) après une petite séance d’échauffement, deux « lâchés » de bulles Une petite table O₂ personnelle sur 18mn…Pour le plaisir et la sensation car normalement on fait les exercices avant mais ce soir là je faisais une petite démonstration à mon entourage :-)


Le 28 décembre Une STA à 6’35″ Nouveau public, nouvelle démonstration :-) Une table en DYN sur une base de 75m en moyenne en 1mn avec des récup de 1’30″ Une belle apnée dynamique calme sur 3’30 pour conclure la soirée ( au fait la longueur du bassin de la piscine de Cloyes est composée de 100 carreaux :-) )
J’adore les entrainements du vendredi soir, encore merci à tous et à l’année prochaine…


Une reprise exceptionnelle de l’entrainement le 2 janvier après 4 jours d’interruption : Entrainement N°1 1600m d’apnée Une table basée sur du 75m de longueur avec 2mn de récupération entre chaque, (accélération du rythme de nage en bi-palmes, 1’28, 1’22, 1’16, 1’11, 1’05, 58″) Un *** 125m en 1’45″ *** histoire de vérifier sa forme :-) Les exercices poumons vides sur le fond de 2m50 pour se détendre quand il reste un peu de temps.


Le 3 janvier Une STA à 6’01″ (toujours le principe de deux lachers de bulles en général le premier aux alentours de 1’30″ le second 2’30″) Exercices physiques DYN 28 x 50m (total 1400m) et 125m au final après une séance basée sur 75m


Le 4 janvier Une STA à 6’21″ Exercices physiques DYN 24 x 50m (total 1200m) et un 100m DNF au final après une séance basée sur du 50m rapide


Le 5 janvier Une forme excellente, un échauffement de 30′ incluant une relaxation totale de 15′ d’ailleurs ce jour là les apnées m’ont paru encore plus agréable que d’habitude, la sensation était vraiment bonne et je n’avais qu’une envie, RESTER dans l’eau :-) D’ailleurs les temps parlent naturellement : Une STA à 6’48″ Exercices physiques DYN 50m, 60m, 65m, 70m, 75m puis resté sur du 75m (total 1400m) Un 125m au final après cette séance basée sur du 75m


Le 6 janvier Nouvelle approche en statique, je ne travaille pas sur une table établie mais sur une préparation physique et mentale totalement différente de mes habitudes. Résultat : premier spasme à 4’10″ et une sortie volontaire à 6’05″ avant mon entrainement de Dynamique (même exercice que les jours précédents sur du 60m)


Le 7 janvier Pas de statique aujourd’hui, je fixe désormais ma séance d’échauffement à 15mn et je pense bien à associer mes exercices respiratoires à mes mouvements.


Une belle table CO₂ : Apnées 50m, récupération 2′, moins 15″ chaque fois jusqu’à 15″ de récupération (total 8x50m) temps de nage 1’08,06,03,01,59,57,55″ et 54″ Puis 75m en 1″20, 80m en 1″15 et final 120m en 1″36′ avant d’être interrompu par l’ouverture des vannes de filtrage, quelle aventure ce soir :-)


Le 8 janvier La même table CO₂ qu’hier mais sur une base de 60m, récup 2′, moins 15″ chaque fois jusqu’à 15″ de récup (total 8x60m) temps de nage 1’10 au départ, 59″ à la fin ! Puis 75m, 80m. Ensuite 6x50m en DNF, travail technique 150m en monopalme Encore un bel entrainement ce soir :-) 
L’objectif, étant à l’aise sur cette table, est de la garder par intermittence sur 10 entrainements avec mes tables O₂ et augmenter progressivement. à suivre…


Le 9 janvier Table personnelle O₂ pour une préparation sur du 100m maximum de temps : Augmentation de la distance de base de 30m puis 40, 50, 60, 70, 80, 90, 100m avec le même temps de récup : 2 mn. Puis nage dynamique lente sans forcer sur l’inspiration de départ 2’25 puis 3’13 entrainement toujours aussi agréable dans ce superbe cadre aquatique :-)


Les moments de détente privilégiés en fin de séance d’entrainement :-)


Le 10 janvier Échauffement 30mn, +400m (aujourd’hui j’avais froid et j’ai préféré faire comme je l’avais appris dans mon club à Lyon, nager un peu avant ma séance. Table 60m CO₂ comme le 8, avec sur la dernière longueur après 15s de récup, 10m de plus ! Ensuite Travail en DNF sur la même table après 5mn de repos, impeccable… Détente : Nage inversée DNF 75m et un DNF 60 en 59s pour conclure la séance… Pensez à vous relaxer, à profiter de l’instant présent, que votre entrainement soit toujours un plaisir et jamais une contrainte ou une obligation ! Merci Rachid, Elsa, Ben pour votre complicité et votre gentillesse :-)


Le 16 janvier J’ai hâte d’aller à l’entrainement de ce soir, histoire de constater si les exercices à sec ont été suffisants, ajoutés aux 15km de « run » parcourus en bord de mer et les deux séances de respirations et de Qi-Gong (cf ma page FB perso) Remarque : j’ai réussi à abaisser mes pulsations cardiaques après l’effort à 44/mn, nouveau test ce soir… à suivre Et bien voila une reprise bien sympathique : petite séance de STA pour démarrer, sans s’essouffler car la séance de DYN planifiée promettait d’être « rude » :-) 2 expirations bulles de 2′, deux STA à 2’30 et 4’45″ sans spasme. Table O₂ en DNF, la première de l’année : Augmentation de la distance de base de 50m puis 55, 60, 65, 70, 75m avec le même temps de récup : 3 mn à la recherche de la meilleure pénétration dans l’eau et de l’équilibre entre vitesse et consommation. Sensations géniales, temps entre 1’08 et 1’20 Puis une série DNF toujours mais travail technique : 8x50m, pour finir en détente en nageant comme je l’aime à l’envers 2x65m et 25mn de poumons vides. Petite pensée amicale pour mon amie Fanfan qui m’encourage chaque fois et qui m’impressionne à la surface en enchainant des distances incroyables ;-)


Le 17 janvier Une fois n’est pas coutume, j’ai partagé « mon » couloir avec quelques personnes au fil de mon entrainement. J’ai donc adapté celui-ci et j’ai travaillé sur du DYN poumons vides histoire de me rappeler les bonnes sensations éprouvées à New-York il y a quelques semaines. Après un bon échauffement, j’ai démarré su 6x50m TR de départ 1’45 puis 1’30, 1’00, 45″, 30″, 15″ !!!!
Ensuite incrément de 5m chaque fois pour finir sur un superbe 90m poumons vides toujours avec de très bonnes sensations, temps de récup régulier 2mn Puis j’ai terminé la séance par du DYN rapide cette fois poumons pleins 4x50m en 31′ Toujours quelques minutes détente à la fin :-)


Le 18 janvier En l’absence de mon surveillant de baignade, j’ai travaillé sur du rapide et de la longueur : Échauffement 45mn puis 8x50m DNF en limitant les mouvements complets à 3 maxi/25m Puis 8×50 DYN recup 30″ Une petite table poumons vides 50, 60, 75m TR 2′ 4x75m DYN au confort Et pour finir, du DNF à l’envers 4x50m !!! Quelques jolies bulles et un bel entrainement qui se termine en 2H. Au total en comptant les retours, j’ai parcouru un peu plus de 1800m La petite séance de bain à remouds avec mon amie Fanfan était bien méritée, je suis en pleine forme pour me remettre au travail ;-) Merci à Cyrielle, Max, Ben et Fredo :-) Le 19 janvier Même entrainement basé sur du DNF, une table O₂ avec TR 2′ et diminuant de 15″ jusqu’à deux fois 15″ pour un total de 10x50m. Puis repos 4′ Travail poumons vides 50m + 5m à chaque fois jusqu’à 75m :-) Aujourd’hui, piscine fermée cette AM !!! On ne se laisse pas abattre et la séance d’entrainement dans l’eau a laissé place à une séance improbable de snowboard à domicile, merci dame nature :-)


Le 25 janvier De retour à l’entrainement après une interruption de 5 longues journées ! Entrainement de 2h20 avec une table CO₂ habituelle sur 2mn de TR et 50, 60, 70, 75, 90, 100m de distance. Du PV et plus de 2000m en tout parcourus. Je vous passe désormais les détails des lâchés de bulles et de l’échauffement :-)


Le 26 janvier Une belle table O₂ 60m avec TR de 2′ moins 15″ jusqu’à 15″ de récup totale. Puis repos 4mn. Enchainement poumons vides 50, 60, 70, 75m :-) 125m sans inspiration forcée. (vidéo disponible grâce à Benoît qui ce soir en plus me faisait la sécurité dans l’eau, je lui ai fait faire de l’exercice croyez-moi :-) Et en fin de séance, dans un bassin vide, quelques exercices de sauvetage histoire de ne pas perdre la main, c’est important quand vous changez de partenaire de bien lui faire prendre conscience de vos besoins ;-)


Le 4 février Une reprise exceptionnelle, pour une préparation très particulière où l’entrainement doit me mener normalement vers un tournage en profondeur pour lequel il convient de faire des exercices spécifiques afin de vérifier l’aisance de manière répétitive ! Alors comme à chaque fois : échauffements 15mn, puis séance d’apnée STA (Lâchés de bulles et table 2’30 à 6′) puis enchainement DYN, 4x50m échauffement Une table O₂ 50m avec TR de 2′ moins 15″ jusqu’à 15″ de récup totale, 2x en fin de table. Le tout en 1h20 ! Puis l’entrainement personnel commence : DYN sur une distance donnée + STA au fond + DYN sur même distance qu’au départ (vous me suivez ? :-) ) Je m’étais planifié une progression sur 6 semaines pour parvenir aux performances prévues et tout ce que je peux vous dire, c’est que je suis déjà passé à l’entrainement de la semaine 4 :-) GROS MERCI à EDERN qui est de retour et qui me permet incontestablement d’obtenir cette aisance dans l’eau !!! Il est primordial quand on arrive à ce niveau, de se sentir non seulement soutenu mais aussi surveillé d’une manière très attentionnée afin de limiter les prises de risque. Merci également à l’équipe du centre nautique toujours aussi pro et sympathique. L’entrainement total a duré plus de 2h et je n’ai qu’une hâte : y retourner demain.


Le 5 février Échauffements 15mn, puis séance d’apnée STA (Lâchés de bulles et table 3′ à 6′) puis enchainement DYN, 4x50m échauffement, une table CO₂ 60m avec TR de 2′ puis augmentation de 5m en 5m jusqu’à 100m. Le tout en 1h30 ! Puis entrainement personnel suite d’hier : DYN sur une distance donnée + STA au fond + DYN sur même distance qu’au départ 10 m de plus qu’hier, je suis déjà passé à l’entrainement de la semaine 5, je pense que sérieusement, je vais m’y tenir maintenant :-) GROS MERCI à EDERN qui a tourné de nouveau une superbe vidéo que je vous mettrai sur la page réservée à cet effet :-)


Le 10 février Gros travail de concentration jeudi et samedi avec des tables CO₂ jusqu’à 100m avec des temps de récupération de 1’30″


Le 11 février Ce soir un bel entrainement CO₂ basé sur 60m. Puis 45m + 15″ STA + 45M à l’identique d’hier :-) 
 mon exercice personnel me convient bien, je me positionne au départ à l’endroit où je dois arriver ! pour faire le 45m, je pars de 20m et j’entame le même demi tour qu’après la STA de 15″ pour finir au même endroit :-) C’est plus facile pour le surveillant de suivre et c’est motivant pour moi. 400m de brasse pour m’essayer à une nouvelle pratique enseignée aujourd’hui, mais sans amélioration de mes performances pour le moment ! Je reviendrai sur cette pratique bientôt s’il s’avère qu’elle paye un jour ;-)


Le 25 février 12 jours d’absence de mon bassin fétiche mais des entrainements superbes sur les plages froides de Normandie dont vous verrez quelques images dans les jours prochains en ouvrant le menu « vidéos » :-) Résultat : 6’45″ en statique dans un eau à 31° Mon exercice personnel au final sur 45m, 15″ de STA puis 45m. En pleine forme. Les essais de ma nouvelle combinaison 1mm d’épaisseur me procurent de très bonnes sensations sur le DYN. En revanche j’avais essayé une taille au dessus de ma Camaro malheureusement en magasin elle était parfaite mais dans l’eau elle se détend beaucoup. J’ai donc commandé la taille en dessous car les sensations sont vraiment géniales. Si vous souhaitez plus de renseignement sur ce matériel, vous pouvez contacter mes amis Jérôme et Romain de Plongéquilibre à Paris 8, ils se feront un plaisir de vous guider dans vos choix. Je les remercie encore pour leur professionnalisme et leur gentillesse.


Les essais d’une nouvelle combinaison « tout terrain » ! Pour économiser celles de compétition :-)


Le 26 et 27 février Un entrainement précis pour tester une autre combinaison, cette fois une Mares de 3mm d’épaisseur très agréable à enfiler et à porter aussi. Bon comportement en mouvement lent et rapide avec un équilibrage plus important que la Camaro de 1 kg. La texture de cette combinaison me freine un peu plus que la Camaro mais en exercice, ça ne me dérange aucunement et cette matière s’abimera moins vite en piscine du fait de la fréquence importante de mes entrainements. Bilan : Le 50m DYN régulier en 30″, mon exercice personnel sur 50m + 15″ de STA + 50m, un DYN lent de 75m en 3’47″. Tout ça sur deux jours avec deux tables habituelles O₂ et CO₂ Prochain entrainement à partir du 29 avec 5m de plus sur chaque exercice.


Le 28 février En déplacement professionnel, j’en profite pour conclure un entrainement de Qi-Gong à l’hôtel par une table de statique à sec : 3′, TR 2′, incrément de 30″ en maintenant le TR à 2′ pour finir avec un STA à 5’30″ :-) Et voila… De bonne augure pour demain…


Petit résumé du mois de Mars Les entraînements se sont enchaînés de différentes façons, joggings sur les plages de Normandie avec des distances entre 6 et 8 km sur le sable et les galets, les conditions par ce temps étaient toujours un peu limites mais agréables à souhait face à la mer et au soleil couchant. Les séances à la piscine tournent toujours autour des tables habituelles avec quelques résultats progressifs depuis lundi dernier :

  • Table DYN CO₂ sur une base de 65m au départ incrément 5 en 5 jusqu’à 115m TR 2′ et O₂ de 75m TR de 2′ moins 15″ à chaque départ jusqu’à 30″
  • Statique 6’55″ après une séance superbe de respiration douce et assouplissement du corps pendant 30′
  • Table DNF CO₂ sur une base de 50m au départ incrément 5 en 5 jusqu’à 90m TR 2′
  • Entrainement personnel 50m pause STA 15″ puis retour 50m… Voila, je ne détaille plus les entrainements bien sûr sauf s’il apportent des informations complémentaires :-) J’ai commencé à initier plusieurs adeptes, à l’origine tous très bons nageurs ou nageuses et le plaisir de transmettre et de partager est presque aussi fort que celui de rester au fond ! Bienvenu à Fanfan, Stéphanie, Françoise, Michel, Martine, Jacques, Sandy et Marie qui apprécient désormais autant d’être sous l’eau qu’à la surface, merci pour leur confiance et leur gentillesse.

Dimanche 24 Mars Petit clin d’œil à mon ami Edern qui m’a suivi (ou m’a précédé !) avec sa « longboard skate » pendant mon run de 12km :-) Du coup, un rythme régulier, le plaisir de ne pas courir seul et la diversité de ses « acrobaties » sur sa belle planche, adepte du Dancing, c’est comme si vous courriez en regardant un spectacle, inutile de vous dire que vous ne voyez pas le temps passer… Résultat, moyenne supérieure à 10km/h en pleine forme.


Le 16 mai Les entrainements se sont succédés au fil des jours, alternant les runs, les arts martiaux et l’apnée en fonction de ma situation géographique.

Aujourd’hui était un jour particulier, j’ai fait un exercice très lent de DYN avec ma nouvelle combinaison Scuba Pro 1mm, un régal au niveau du confort, très légère avec ses 1mm, elle est juste bien pour la température du grand bassin de Cloyes et idéale pour celle du petit bassin :-)

Les chronos parlent d’eux-mêmes : 1’10″, 1’30″, 1’47″, 2’05, 2’25″, 2’47″, 3’04, 3’55 sur une table lente DYN avec un TR égal au dernier temps accompli chaque fois + 1mn, distance 50m à 140m…

Pour conclure, une fois n’est pas coutume, un STA dans le petit bassin histoire de vérifier les chronos après un mois sans STA ! Je commence par un laché de bulles de 2’35″ suivi d’un premier 5’17″ et d’un deuxième à 6’45″

Et voila, comme je le fais désormais avec quelques personnes qui me le demande en privé, je donne les détails de chaque séance à ceux qui sont intéressés, n’hésitez-pas à partager avec moi, c’est toujours un plaisir…

Petite précision, j’ai essayé la scuba pro en taille « L » la première fois et je ne me sentais pas du tout à l’aise dedans, j’ai donc demandé conseil à « Plongequilibre » dans le 8ième à Paris et ils n’ont pas hésité à me proposer la même en taille « M » qui me convient parfaitement. Je les remercie vivement pour leurs bons services :-)


Le 9 octobre Les entrainements se poursuivent moins régulièrement faute de temps mais le plaisir est toujours le même ! Après des moments forts, partagés avec mon binôme, je continue de fréquenter chaque fois que possible le centre nautique de Cloyes sur le Loir.

Aujourd’hui je prends plaisir à compléter cet article après avoir augmenter mon propre record poumons vides à 3’18″ :-)

Mes préparations ont évolué, le fait de pouvoir disposer chaque fois que nécessaire de ma voie d’eau et d’un espace accueillant est propice à la qualité des entrainements.

Un bonheur régulier de me retrouver là et de profiter durant des heures du silence...

Un bonheur régulier de me retrouver là et de profiter durant des heures, du silence…

La semaine dernière je réalisais de belles performances en DNF, en réitérant mes exploits précédents, je termine aujourd’hui ma séance de la meilleure façon qu’il soit.

Si vous souhaitez plus d’information concernant mes nouvelles méthodes de travail et de préparation ou sur cette dernière séance, n’hésitez-pas à poser vos questions :-)

David

Les derniers projets vidéo me demandent une rigueur d’entrainement et des performances jusqu’alors jamais envisagées. Je m’entraine pratiquement chaque jour désormais depuis deux mois et j’alterne les exercices d’un jour à l’autre.

Ces fameuses séries que j’enchaine sur des longueurs avec un rythme que je ralentis au fur et à mesure et de façon progressive et régulière commençant à environ 1’45″ pour terminer au mieux de ma forme et toujours sans forcer à 4″

Puis j’enchaine avec mon exercice au demeurant pénible mais si agréable et satisfaisant en soi ! Je ne cherche pas à pousser mes limites, simplement, ce dernier exercice nécessite une concentration absolue et le respect stricte des règles de sécurité et de préparation. Le minimum de distance parcourue et surtout l’enchainement de plusieurs essais à plus de 90m à chaque fois pour finir entre 120 et 140m. Le premier projet est lié à la profondeur et l’entrainement rigoureux est une nécessité. Le deuxième est lié à la précision et à au temps que je parviens à réaliser poumons vides. Il me faut donc travailler cette technique chaque fois que possible et c’est mon plus grand plaisir dans l’eau. J’adore me sentir lourd et privé de mon air précieux sans en manquer réellement ! Les sensations sont énormes et quand je reprends des séries poumons pleins, je n’en ressens que les bons aspects.

Je suis proche de mes objectifs désormais, une des deux vidéos devrait arriver très vite, pour la deuxième, j’ai besoin de mon binôme et pour cela, de m’entrainer avec elle. Je serai donc patient et continuerai très certainement d’augmenter mes performances jusqu’à parvenir au bon moment :-)

à bientôt à tous…


Le 23 novembre Je viens de réaliser une nouvelle expérience poumons vides.

Par rapport à ce que je souhaitais reproduire, il me fallait maitriser un poumons vides en Dynamique, c’est à dire en mouvement cette fois mais pas comme on s’y attendrait en pensant à l’apnée. Pas question de palmes ni même de combinaison de plongée ! Je vous réserve la surprise de ma préparation et de ma performance, j’ai travaillé dur et avec précision pour y parvenir et le résultat est à la hauteur de mes attentes.

Comme je le dis souvent et comme vous pouvez le lire sur mon blog ici et là au gré de mes articles, l’essentiel est de se satisfaire de ses actions et satisfaire ceux qui vous entourent. Ca relève de l’exploit, je m’étais préparé pendant de longs entrainement avec des temps aux alentours de 1’10″ au maximum. Pour réaliser ce que j’ai fait et que vous découvrirez prochainement en vidéo, j’ai eu besoin de parvenir à 1’30″ poumons vides et en mouvement !

Au bord d’une éventuelle Samba qui n’est jamais apparue, je me suis concentré chaque fois sur ma nouvelle méthode de gestion du mental et du froid, je pense à la seconde près. Mon ami Edern et un maitre-nageur sauveteur pour me surveiller à l’extérieur du bassin, mon fils Vincent dans l’eau au cas où et de la patience et de la présence d’esprit pour que tout se déroule comme prévu.

Etre en jonction avec quelqu’un cette fois fut ma condition exclusive, stricte et définitive pour que je continue. Mon associé m’avait envoyé également ses vœux de réussite quelques minutes avant, tous ces détails qui contribuent à vous relaxer un peu plus encore.

J’ai mis du temps avant de parvenir à me concentrer, il faisait froid à l’extérieur du bassin. Bien qu’ayant fait mes tests en bassin d’eau glacé la semaine précédente, les conditions cette fois étaient différentes. Plonger dans un bassin d’eau froide et ressortir quelques 3’21″ après ne m’impressionne pas ! Mais s’échauffer au froid pour ensuite rester plus d’une heure dans l’eau froide limite grandement les aptitudes habituelles.

Je n’avais que faire malgré tout de ces considérations, le simple fait de me concentrer sur ce beau défi que je m’étais fixé était suffisant pour contribuer à ce que mon mental puisse de nouveau se focaliser comme à mon habitude.

Un lieu d'exception pour un challenge d'exception :-)

Un lieu d’exception pour un challenge d’exception :-)

C’est après m’être préparé physiquement et mentalement que je m’attaquais à la première tentative. Les deux premières tentatives de déplacement poumons vides étaient limites malgré mes temps de récupération strictes et adaptés à mes entrainements précédents.

Je me suis souvenu chaque fois des descentes dans des eaux avoisinant les 18° avec mon binôme où nous avions terminé notre session en maillot de bain en plongeant jusqu’à 30m à Marbella. Mais en définitif, je ne suis parvenu à libérer mes pensées qu’en fermant les yeux et en calculant chaque mouvement par anticipation.

Enchainant 11 mouvements au total, je me disais que je pourrai éventuellement en supprimer un ou deux si cela s’avérait nécessaire ! Mais je suis tout de même allé jusqu’au bout de mes enchainements, avec ma remontée propre et précise, bien concentré sur mes actions, où devais-je poser les mains, bien respirer ensuite trois fois comme je le fais systèmatiquement et saluer mon « surveillant » avec mon signe rassurant et mon sourire habituel : « I AM OK » !!!

A partir de la troisième tentative, j’ai compris qu’il fallait que je sorte de mon corps pour me calmer et parvenir aux mouvements parfaits. Réalisant chaque fois que je parvenais au résultat attendu, je prenais un peu plus d’assurance et j’augmentais comme à chaque fois mes temps.

La séance s’est déroulée sans masque et j’avoue que le chlore de la piscine a eu raison de ma vue pendant toute la soirée !!! Même si certains enchainements ont été fait les yeux fermés, je ne voyais absoluement rien les yeux ouverts hahaha !

Les deux dernières tentatives se sont faites en près de 1’50″, ce qui correspond à 1’28″ de moins que mon meilleur temps poumons vides mais en statique.

J’ai hâte de partager avec vous le résulat de cette expérience, certains ne le croiront pas, d’autres passionnés des mêmes activités que moi apprécieront l’approche que j’ai faite de deux sports en un seul j’en suis sûr.

Les vidéos sont bien sûr faites en un seul jet, pas de montage, pas de triche, pas de coupure ! J’aime ce que je fais et ce que je partage et ceux qui veulent me rejoindre dans le bassin sont les bienvenus.

Vous devez savoir que pour les besoins du film et de la prise de séquence en des points différents, j’ai recommencé 10 fois la séquences en observant une récupération de mon temps d’apnée + 1′ chaque fois, pour être sûr de ne pas devoir arrêter précocément. Merci à Gwenn pour avoir pris en charge cette mission, loin d’être la moins importante dans ce genre de projet. Lors de mes entrainements, je n’avais jamais fait plus de 4 tentatives !

Merci à Jennifer pour la qualité de ses vidéos et photos en surface, elles sont exceptionnelles vraiment ! Merci à Edern et Vincent pour les vidéos dans l’eau et la surveillance ainsi qu’à Alex pour sa surveillance supplémentaire.

Pour conclure, je vous précise que j’étais exténué après cette séance comme jamais je ne l’ai été auparavant malgré ma longue expérience. Mais 24h après, au moment où je rédige ces premières lignes, je me sens en pleine forme et déjà prêt à préparer mon prochain défi…à suivre :-)

Je publierai le lien de la vidéo dès qu’elle sera disponible prochainement.

à très vite…

Et le voici enfin :-)

Image de prévisualisation YouTube

Vous êtes nombreux à me poser des questions concernant ce film, alors voici quelques détails :

1 ) Le kimono vient directement de chine, il est taillé sur mesure et bien évidemment, il convient de le rincer allégrement et de le savonner (pour ma part au savon de Marseille) après l’utilisation en piscine.

2 ) Le travail poumons vides est une recherche personnelle de maitrise, non seulement du physique mais aussi du mental. La sensation est incroyablement forte. Tout se passe plus vite, la maitrise du ressenti ne se fait absolument pas de la même manière ! L’erreur peut venir beaucoup plus facilement et il arrive parfois de « partir » beaucoup plus vite dans une autre perception du réel…

3 ) En effet, je vide mes poumons en parti avant d’immerger ma tête et je continue de « purger » ce qu’il me reste en avançant les 20 premières secondes, pour être sûr de pouvoir faire les mouvements.

4 ) La sensation d’apesanteur ou de lenteur n’est pas accentuée, certains mouvements peuvent se réaliser plus rapidement car le « tranchant » de lame se fait de la même manière que sur un Dojo. En revanche, d’autres mouvements sont tellement complexes à exécuter que l’eau les freine quoi que je fasse !

5 ) Le sabre n’est pas mon sabre d’époque « Masahiro » présenté sur mon blog :-) C’est un sabre d’entrainement plus « contemporain »…Il est d’ailleurs beaucoup plus léger, ce qui n’était pas à mon avantage dans l’eau !

6 ) Le montage est signé de mon ami « Gérôme Vassilacos », la musique est une reprise de Pink Floyd, TIME, de easy Star All-Stars. Merci à lui pour ses conseils bienvenus…

7 ) Il y a 3 personnes à la surveillance dont un sauveteur qui suit mes déplacements du retour au bord du bassin, je le précise volontairement sur le film, rien n’est laissé au hasard.

8 ) Le symbole chinois signifie « Équilibre »

Calligraphie chinoise "Equilibre"

Calligraphie chinoise « Equilibre »

9 ) Pour conclure, je ne vois rien dans l’eau, le chlore et la séance d’entrainement et les nombreux essais ont raison de ma vue à chaque fois hahaha. Mon repère en venant de loin, reste le « T » bleu tracé au fond du bassin où se trouve posé le sabre. Ensuite, je garde les yeux ouverts pour l’esthétisme du film mais je réalise tous ces mouvements (comme tous mes katas d’ailleurs) à l’aveugle en temps normal :-)

Merci encore à vous tous pour votre amitié et votre complicité…<3

Technique de la carpe !

Une des pratiques respiratoires rencontrée dès lors que vous souhaitez aller encore plus loin, que ce soit dans un temps de STA ou en DYN et plus sérieusement encore en profondeur se trouve être la « Carpe ». Cette méthode doit son nom au poisson qui fait ce mouvement particulier pour s’oxygéner en surface… Le principe essentiel est d’essayer d’emmagasiner le maximum d’air additionnel en insufflant par petits mouvements répétitifs forcés avec la bouche (comme un poisson) quelques bouffées d’air supplémentaires qui viennent s’ajouter à votre capacité vitale initiale. L’exercice n’est pas si simple qu’il y paraît, voire même dangereux dans certains cas. Il doit être pratiqué, progressivement, de manière à bien en ressentir les effets positifs et éliminer les sensations négatives si elles se produisent. Au départ, les exercices peuvent se faire à sec, pendant vos échauffements, sans forcer. Au fur et à mesure d’une certaine maitrise acquise, vous pouvez commencer à prendre de plus en plus d’air jusqu’au moment où vous sentirez qu’il est inutile de forcer. Alors c’est à ce moment que vous pourrez mettre en pratique et comparer vos performances avec et sans cette méthode. Pour ma part, je suis venu très tard à cette pratique que j’utilise plus comme un effet de concentration supplémentaire avec « l’idée » malgré tout que ça me sert à quelque chose. En revanche, je ne peux pas dire réellement que j’ai pu augmenter mes performances maximales puisqu’elles datent toutes d’avant l’utilisation de cette méthode :-) J’ai essayé de faire une apnée STA en l’utilisant mais la sensation n’est pas idéale pour le moment, je me contente donc de continuer mes STA comme auparavant.


Quelle amélioration obtenir ? La technique de la carpe, en augmentant votre capacité vitale, permet d’améliorer les temps d’apnées à priori mais ces données sont variables en fonction des individus. Actuellement, la majorité des compétiteurs sont des adeptes de la carpe.


La carpe en apnée statique. Comme je vous l’explique plus haut, la tension créée par cette méthode ne me donne pas envie pour le moment d’en abuser, bien que certains recommandent de l’utiliser à partir d’apnée statique de plus de 5mn, je dépasse régulièrement les 6’45″ sans l’utiliser ! Si mes envies un jour me conduisent à participer à quelques compétitions, il sera toujours temps pour moi de consacrer plus de temps à cette méthode. Cette technique demande véritablement un apprentissage et une accommodation physiologique.


La carpe et la profondeur. Pour toutes les techniques en profondeur, l’augmentation du volume pulmonaire permet d’améliorer vos performances, toujours à partir du moment où vous souhaitez aller encore plus loin ! Lors de mes dernières descentes entre 30 et 50 mètres, je n’ai pas eu besoin de pratiquer cette technique, mes futurs déplacements et projets en eaux profondes laissent présager de l’utilisation sérieuse de cette pratique, je reviendrai sur mes sensations obtenues au moment opportun.


Pratique :-) Il convient d’adapter votre corps aux modifications engendrées par cette méthode, dès lors que vous commencez à éprouver le besoin de l’utiliser, il faut démarrer progressivement comme dans toute méthode de stretching, commencer à habituer votre corps aux distorsions par des exercices de positionnement assis, debout puis en mouvement. Par exemple après plusieurs entrainements avec deux mouvements de carpe par exemple, augmentez d’un mouvement supplémentaire et laissez de nouveau votre corps s’habituer etc. Pour obtenir un rendement efficace, une fois votre inspiration normale effectuée, (la bouche grande ouverte et le plus rapidement possible), vous devez bloquer l’air au niveau de la glotte, (geste qui s’obtient naturellement quand vous faites en sorte de ne pas laisser l’air s’échapper quand vous ouvrez la bouche) puis vous devez essayer de « happer » des bouffées d’air en bloquant votre langue sur le palais en faisant vos petites inspirations et fermant la bouche à chaque fois pour emmagasiner l’air ainsi obtenue en plus de l’air du départ. Si le sentiment d’inconfort est présent, c’est que vous avez trop forcé, c’est à ce moment que cela peut être éventuellement dangereux et provoquer des lésions pulmonaires importantes. Respectez votre corps à la recherche de vos propres limites, sans copier sur votre voisin et sans vouloir toujours obtenir un résultat supplémentaire si vous n’y trouvez pas le plaisir :-) à bientôt… David Mesmacque Démonstration du mouvement de la carpe avant une apnée Statique…

La brasse, l’apnée

La brasse et l’apnée ! Quelques films sur le net permettent une approche des techniques de brasse en natation pure et parfois celle utilisée pour pratiquer l’apnée. Les méthodes ne sont pas les mêmes mais le résultat de nos actions sur nos muscles après un long entrainement lui oui ! En effet la brasse est une nage éprouvante pour le dos, les cervicales et les lombaires, ce qui peut donner lieu à des épisodes douloureux et à des contractions musculaires. Personnellement, je ne pratique pas la brasse apprise lors de mes cours de natation au club quand j’étais gamin. Lorsque je m`entraine seul, j`utilise certes la technique des jambes décrite apprise en club de natation mais j`utilise une technique de bras totalement différente. Comme en entrainement sans surveillance on ne peut pas faire de grandes distances en apnée seul, je fais 3 voire 5 mouvements complets et je souffle à fond en poussant sur les jambes afin de reprendre ma respiration en `perdant` un mouvement de bras complet (par rapport au mouvement propre à l`apnée), c`est uniquement dans ce cas que j`exécute le mouvement de brasse de surface… Contrairement à la pratique standard de la brasse, les bras ont une grande importance dans mon mouvement, en revanche ils sont également gros consommateurs d`O2 ! Alors quel est le bon équilibre entre la force d`impulsion qui va nous faire glisser et la meilleure puissance à exercer pour économiser son O2 ? J`y travaille régulièrement et j`attends vos avis bien sur :-)


Plusieurs personnes de mon entourage comme moi d`ailleurs souffraient de douleurs au niveau du dos, je vous liste les groupes musculaires mis à l`épreuve pendant la brasse :

  • Psoas-iliaques
  • Carré de lombes
  • Pectoraux
  • Sur-épineux
  • Sous-épineux
  • Deltoïde
  • Sous-clavier
  • Grand dorsal
  • Rhomboïdes
  • Angulaires de l`omoplate
  • Cervicaux postérieurs
  • Sous occipitaux
  • Scalènes
  • Trapèze
  • Sterno-cléïdo-mastoïdien

Donc les étirements doivent être en relation avec toutes ces zones et surtout ils doivent être pratiqués régulièrement si les entrainements sont soutenus et fréquents…

50m en DNF à NYU, un moment d’exception dans un superbe bassin !

Voici pour conclure ce post ceux que je pratique :

1) Relaxation complète avant de commencer (longues inspirations, corps détendu, sur le sol ou debout en fonction des mouvements et du lieu etc…)

2) J`essaye d`identifier les organes que j`ai le plus sollicités après l`effort

3) Je m`étire complètement (mains vers le ciel sur la pointe des pieds)

4) Puis j`attaque : Assis de préférence, dos bien droit, main sur la tête, doigts croisés, on laisse tomber la tête doucement à l`expiration, les coudes vers le sol (cervicaux postérieurs) puis on garde la position, on glisse une main sous une fesse et avec l`autre, à l`expiration, on attrape la tête que l`on place à 45° à l`opposé de la main sous la fesse (vous me suivez !) et vous laissez tomber la tête de nouveau. On change bien sûr de côté quand on a fini (Scalène postérieur) Ensuite toujours dans cette position, on attrape cette fois la tête par le front, coude levé et on dirige la nuque vers l`épaule opposée à la main sous la cuisse (SCM à retrouver dans la liste) Puis toujours dans la même position, on incline la tête sur le côté vers l`épaule opposé à la main sous la cuisse (toujours) (Trapèze) et pour ces exercices, on laisse toujours les épaules bien droites. Ensuite on descend pour détendre les sur-épineux : on commence jambes détendues, les genoux légèrement fléchis, le dos bien droit, le bras droit tendu et dirigé vers la hanche gauche, on saisit l`avant bras et on étire vers l`extérieur en expirant doucement. On passe aux sous-épineux, assis ou en yogi, même position mais on attrape le bras sous le coude que l`on amène doucement à l`expiration à l`épaule opposée. (Pour les deltoïdes et le grand pectoral), j`ai une petite variante par rapport aux exercices traditionnels : on se positionne face à un angle de mur et on se laisse aller vers ce mur mains bien à plat, bras fléchis à 90°, on respecte l`axe tête-tronc-jambes, on respire normalement, le poids du corps faisant l`étirement à lui seul. (Pour le grand dorsal), on se met à genoux sur les talons face à un mur à 30 cm environ, les bras en l`air. On se penche en avant jusqu`à mettre les mains en appui contre le mur. En expirant, laisser la tête fléchir librement et le poids du corps agir. Le moment le plus fun : (Les rhomboïdes !) Mettez-vous en yogi face à un pied de table ou à un support quelconque si vous manquez de table, vous attrapez le pied de table avec vos deux mains à hauteur des épaules, vous laissez votre tête tomber en avant et en expirant vous laissez retomber votre buste vers l`arrière…On y est ?! Les épaules bien relâchées et la tête ainsi entre les bras. (Le carré de Lombes) c`est un muscle que l`on néglige souvent et qui peut être source de douleur, il s`étend de la crête iliaque (bassin) à la dernière côte. Il contribue à l`expiration, en déplaçant la dernière côte vers le bas, ainsi qu`à la flexion du tronc, inutile de vous préciser qu`il faut le soigner. En yogi, mains derrière le cou, en expirant on incline le coude gauche vers le sol, maintenez votre côté droit bien relâché en respirant profondément, augmentez la flexion du buste. Pour faciliter le retour à la position initiale aidez-vous en posant votre main gauche au sol.


Voilà, j`espère que ces explications vous ont plu, attention aux précautions de base pendant les étirements (jamais d`à-coups, jamais de point douloureux, concentrez-vous, ressentez votre corps (bref continuez votre apnée mais une fois la position maximale atteinte, maintenez la position…) à bientôt… David Mesmacque Démonstration d’un 50m DNF, poumons vides à New-York en 2012…