Stage Qi-Gong I

Stage de 3 jours de Qi-Gong au bord du Loir dans la commune des trois rivières.

Accueil

C’est avec un immense plaisir que j’ai pu accueillir Sandy, qui a pratiqué déjà le Viet vo dao et le Jujitsu. Notre objectif lors de ce stage était de faire une approche du Qi-Gong, tant sur l’aspect théorique qu’historique et pratique. Ensuite de travailler notre respiration, associée ou non à la pratique de l’apnée, Sandy étant passionnée par beaucoup d’activités, elle a partagé durant ce séjour deux de mes entrainements à la piscine. Nous avons vu également plusieurs étapes du stretching en association avec les sports qu’elle pratique.


Séance de Stretching au centre nautique

Le stretching englobe de multiples exercices, tous bénéfiques pour le corps mais tellement nombreux qu’il convient de les choisir sérieusement et en fonction non seulement de nos propres capacités à les réaliser mais aussi de nos propres besoins. Nous sommes plus ou moins élastiques, notre corps est plus ou moins habitué à ce que nous le sollicitions régulièrement, c’est le cas de Sandy, ma tâche était donc plus aisée, après notre séance de sport à la piscine, plusieurs exercices ont été vus et mis en pratique (3 ième degré en relation avec les organes internes, le psoas, les muscles spécifiques au travail accompli). Ensuite une séance de réflexion sur quelques positions complémentaires en Yoga et le tour était joué !


Initiation au Qi-Gong Théorie et historique

J’ai suffisamment décrit les bienfaits du Qi-Gong dans ce blog pour que Sandy ait pu se rendre à l’évidence du bienfait qu’il lui procurerait. Après des explications sur les positions de base, la méditation, la thérapie par la respiration, la gymnastique corporelle, la psychothérapie voire l’acupuncture pour présenter les possibilités de véhiculer le « shi », il nous restait à passer à l’acte !

Position alignement précision respiration

Position alignement précision respiration

Il est bien évident que cet art nécessite de nombreuses années d’expérience pour en ressentir toutes les possibilités si tant est qu’il fût possible de les approcher toutes…

Il était bien sûr impératif d’aborder les aspects majeurs de cette discipline sans aller trop loin dans ce qui ne serait pas interprétable sur du court terme. Les bases étant comprises, chacun peut travailler activement à son propre rythme et parfaire ses connaissances au fur et à mesure de ses possibilités et un jour se sentir capable de performances étonnantes tant sur le plan mental que physique.

Sandy nous livre en conclusion de cet article son ressenti à ce niveau…

J’aime rappeler une citation de Mengzi (372-289 ac J-C) : « L’homme doit sans cesse veiller à lui-même, pour ne pas perdre la bonté innée. Grâce au contrôle de sa respiration, il doit inspirer et expirer le souffle de l’univers. »

Le Qi (shi) est matière qu’on ne peut voir, j’ai donc fait cette approche détaillée de la perception que l’on peut en avoir et j’ai ensuite emmené Sandy au bord du lac de Morée où l’espace est propice à un excellent ressenti (Grosse pierre, sol propre et dégagé en plein air, une eau calme et reposante, le chant des oiseaux…)

Une explication sur les voies de conduction (les méridiens), une approche de la respiration (stimulation du sympathique et du parasympathique) avec l’élimination des tensions, l’application au quotidien etc.

L’étude de la position de base, deux mouvements importants puis le constat du résultat ainsi obtenu après 1h30 de pratique (cf conclusion).


Initiation au Qi-Gong Pratique

La position est importante, il convient d’être corrigé pour ne pas travailler sans optimiser le résultat à obtenir. Pendant que la position est maintenue, je continue mes explications et je corrige les inévitables changements d’attitude, réflexe et aboutissement de notre quotidien tendu et indiscipliné qui nous contraint plutôt que nous détend ! à l’occasion des premières séances, il est fort probable que les effets soient difficiles à bien analyser, j’ai la chance d’avoir pu initier bon nombre d’élèves qui m’ont expliqué au fur et à mesure le bienfait obtenu, provoquant un sentiment de satisfaction chez moi car résultant de cette bonne communication entre nous. En fin de séance, grand moment de relaxation et de marche douce au bord de l’eau afin de savourer chaque seconde des bienfaits obtenus.


Travail respiratoire

Je ne détaillerai pas ce qui est déjà vu sur ce blog à différents endroits, cette fois, les exercices ont porté sur la respiration pendant le mouvement pour le Qi-Gong (lever les bras, les baisser en harmonie avec soi-même et sans forcer) afin que naturellement, le cerveau commande ces actions dans le futur sans qu’on ait plus à le diriger. C’est à ce stade que l’on sait quel bénéfice on obtient chaque jour et que l’on a ainsi obtenu depuis la première séance.

Respirer et rassembler le Qi dans le Dantian… Cet exercice que je propose souvent pour ceux qui éprouvent des difficultés de concentration, des maux de ventre, des problèmes d’ordre psychologiques etc. est abordé régulièrement.

Il associe le mental au physique et le pratiquant peut éliminer rapidement les notions de stress, de haine, de cupidité et autres énergies perturbatrices de la conscience les conduisant ainsi hors de l’organisme…

Ces exercices peuvent se pratiquer allongé sur le dos ou assis, dans notre cas en position de lotus. Parfois je reste même debout selon l’état du sol où je me trouve pour mes entrainements, dans ce cas particulier, il faut d’abord être dans une position idéalement confortable avant de les commencer.

Je ne détaillerai pas ici ces exercices que je transmets à ceux qui souhaitent les partager avec moi sur place, la rédaction d’un volet à ce sujet fera partie d’une future publication à suivre…

Certains termes évoqués lors de ces exercices ne se retiennent pas si facilement mais c’est à force de pratique qu’ils deviennent des automatismes pour chacun (RENMAI Vaisseau Conception, DUMAI Vaisseau Gouverneur, DANTIAN, Le BAIHUI haut du crâne, le YINTANG sur le front…) et puis ça donne envie de venir me revoir pour en apprendre d’autres ;-)

Ensuite la respiration en Yogi, souvent pratiquée pour l’apnée mais tout aussi bénéfique dans les autres sports. Notions déjà bien détaillées dans d’autres articles. Dans le cas de Sandy qui pratique également le saxophone, la respiration prend là aussi tout son intérêt !!!


Conclusion

Les corrections en séance de stretching furent très vite assimilées et les résultats correspondirent aux attentes de l’instructeur et de l’élève.
Le travail du positionnement du corps a porté ses fruits aussi, il n’est pas chose aisée que de se positionner avec une bonne symétrie, de changer de position en respectant cette symétrie et pourtant elle est primordiale dans presque toutes les disciplines sportives sans que l’on s’en rende forcément compte.

C’est ce que je m’efforce de travailler en pratiquant le maniement des armes, même en apnée DYN ou DNF, je fais en sorte de faire mes mouvements en parfaite harmonie.

Après avoir corrigé Sandy, ses mouvements étaient superbes, je suis fier de mon élève, la satisfaction est donc totale. Quant au Qi-Gong, nous l’avons pratiqué au soleil rayonnant mais aussi par temps gris tout aussi agréable et le vent et le froid ne se firent pas ressentir !

à l’occasion de mes exercices personnels à la piscine, Sandy a pu constater comment je mettais en pratique tout ça en effectuant des distances importantes en apnée sans peine ni souffrance ! 75m poumons vides, plusieurs tables basées sur des distances supérieures à 100m et de nombreuses séances de STA agrémentées de lâchés de bulles bien rigolos ! Ce fut d’ailleurs notre récréation complice…

Voici le témoignage de Sandy, vous pourrez vous entretenir avec elle par le biais des commentaires en fin d’article, n’hésitez pas, elle est non seulement douée mais aussi très communicatrice de son savoir et de ses sentiments

<< Paisible…Apaisée, meilleure respiration, prise de conscience des effets sur le corps, sourire aux lèvres sont mes premiers mots :-) Je me suis sentie plus libérée, dans un premier temps, mon corps l’a ressenti, puis dans un second temps ça s’est passé dans ma tête, ce constat a libéré mon esprit. D’autant plus que grâce au respect que j’ai eu pour ce partage, l’attention que j’y ai mise à effectuer et comprendre de mon mieux ce que David me transmettait, j’y ai pris un grand plaisir à le faire puis à en ressentir les résultats. ça m’a donné envie de continuer ;-) >>


La brasse, l’apnée

La brasse et l’apnée ! Quelques films sur le net permettent une approche des techniques de brasse en natation pure et parfois celle utilisée pour pratiquer l’apnée. Les méthodes ne sont pas les mêmes mais le résultat de nos actions sur nos muscles après un long entrainement lui oui ! En effet la brasse est une nage éprouvante pour le dos, les cervicales et les lombaires, ce qui peut donner lieu à des épisodes douloureux et à des contractions musculaires. Personnellement, je ne pratique pas la brasse apprise lors de mes cours de natation au club quand j’étais gamin. Lorsque je m`entraine seul, j`utilise certes la technique des jambes décrite apprise en club de natation mais j`utilise une technique de bras totalement différente. Comme en entrainement sans surveillance on ne peut pas faire de grandes distances en apnée seul, je fais 3 voire 5 mouvements complets et je souffle à fond en poussant sur les jambes afin de reprendre ma respiration en `perdant` un mouvement de bras complet (par rapport au mouvement propre à l`apnée), c`est uniquement dans ce cas que j`exécute le mouvement de brasse de surface… Contrairement à la pratique standard de la brasse, les bras ont une grande importance dans mon mouvement, en revanche ils sont également gros consommateurs d`O2 ! Alors quel est le bon équilibre entre la force d`impulsion qui va nous faire glisser et la meilleure puissance à exercer pour économiser son O2 ? J`y travaille régulièrement et j`attends vos avis bien sur :-)


Plusieurs personnes de mon entourage comme moi d`ailleurs souffraient de douleurs au niveau du dos, je vous liste les groupes musculaires mis à l`épreuve pendant la brasse :

  • Psoas-iliaques
  • Carré de lombes
  • Pectoraux
  • Sur-épineux
  • Sous-épineux
  • Deltoïde
  • Sous-clavier
  • Grand dorsal
  • Rhomboïdes
  • Angulaires de l`omoplate
  • Cervicaux postérieurs
  • Sous occipitaux
  • Scalènes
  • Trapèze
  • Sterno-cléïdo-mastoïdien

Donc les étirements doivent être en relation avec toutes ces zones et surtout ils doivent être pratiqués régulièrement si les entrainements sont soutenus et fréquents…

50m en DNF à NYU, un moment d’exception dans un superbe bassin !

Voici pour conclure ce post ceux que je pratique :

1) Relaxation complète avant de commencer (longues inspirations, corps détendu, sur le sol ou debout en fonction des mouvements et du lieu etc…)

2) J`essaye d`identifier les organes que j`ai le plus sollicités après l`effort

3) Je m`étire complètement (mains vers le ciel sur la pointe des pieds)

4) Puis j`attaque : Assis de préférence, dos bien droit, main sur la tête, doigts croisés, on laisse tomber la tête doucement à l`expiration, les coudes vers le sol (cervicaux postérieurs) puis on garde la position, on glisse une main sous une fesse et avec l`autre, à l`expiration, on attrape la tête que l`on place à 45° à l`opposé de la main sous la fesse (vous me suivez !) et vous laissez tomber la tête de nouveau. On change bien sûr de côté quand on a fini (Scalène postérieur) Ensuite toujours dans cette position, on attrape cette fois la tête par le front, coude levé et on dirige la nuque vers l`épaule opposée à la main sous la cuisse (SCM à retrouver dans la liste) Puis toujours dans la même position, on incline la tête sur le côté vers l`épaule opposé à la main sous la cuisse (toujours) (Trapèze) et pour ces exercices, on laisse toujours les épaules bien droites. Ensuite on descend pour détendre les sur-épineux : on commence jambes détendues, les genoux légèrement fléchis, le dos bien droit, le bras droit tendu et dirigé vers la hanche gauche, on saisit l`avant bras et on étire vers l`extérieur en expirant doucement. On passe aux sous-épineux, assis ou en yogi, même position mais on attrape le bras sous le coude que l`on amène doucement à l`expiration à l`épaule opposée. (Pour les deltoïdes et le grand pectoral), j`ai une petite variante par rapport aux exercices traditionnels : on se positionne face à un angle de mur et on se laisse aller vers ce mur mains bien à plat, bras fléchis à 90°, on respecte l`axe tête-tronc-jambes, on respire normalement, le poids du corps faisant l`étirement à lui seul. (Pour le grand dorsal), on se met à genoux sur les talons face à un mur à 30 cm environ, les bras en l`air. On se penche en avant jusqu`à mettre les mains en appui contre le mur. En expirant, laisser la tête fléchir librement et le poids du corps agir. Le moment le plus fun : (Les rhomboïdes !) Mettez-vous en yogi face à un pied de table ou à un support quelconque si vous manquez de table, vous attrapez le pied de table avec vos deux mains à hauteur des épaules, vous laissez votre tête tomber en avant et en expirant vous laissez retomber votre buste vers l`arrière…On y est ?! Les épaules bien relâchées et la tête ainsi entre les bras. (Le carré de Lombes) c`est un muscle que l`on néglige souvent et qui peut être source de douleur, il s`étend de la crête iliaque (bassin) à la dernière côte. Il contribue à l`expiration, en déplaçant la dernière côte vers le bas, ainsi qu`à la flexion du tronc, inutile de vous préciser qu`il faut le soigner. En yogi, mains derrière le cou, en expirant on incline le coude gauche vers le sol, maintenez votre côté droit bien relâché en respirant profondément, augmentez la flexion du buste. Pour faciliter le retour à la position initiale aidez-vous en posant votre main gauche au sol.


Voilà, j`espère que ces explications vous ont plu, attention aux précautions de base pendant les étirements (jamais d`à-coups, jamais de point douloureux, concentrez-vous, ressentez votre corps (bref continuez votre apnée mais une fois la position maximale atteinte, maintenez la position…) à bientôt… David Mesmacque Démonstration d’un 50m DNF, poumons vides à New-York en 2012…